Les citations et pensées sur l'affection

Les 53 citations et proverbes affection :

Il ne suffit pas de donner, il faut donner ou avec grâce, ou avec affection ; avec grâce à ses amis, avec affection aux infortunés.
Citation de Félicité de Genlis ; Les pensées et maximes détachées (1801)

La tendresse la plus désintéressée dans les âmes sans élévation revêt un caractère vil comme elles, et leur sert moins de prétexte pour rendre heureux l'objet exclusif de leur affection que pour haïr et persécuter tous les autres.
Citation de Hyacinthe de Charencey ; Esquisses et sentences (1891)

Pas de preuve d'affection plus éclatante que de soupçonner que l'on pourrait bien être un sot, lorsque l'on s'aperçoit avoir rendu malheureux ceux qu'on aime.
Citation de Hyacinthe de Charencey ; Esquisses et sentences (1891)

Celui-là serait bien près de gagner l'affection de ses semblables, qui saurait à un degré égal s'en faire craindre et s'en faire estimer.
Citation de Hyacinthe de Charencey ; Pensées et maximes diverses (1888)

La constance dans les affections annonce plutôt un caractère élevé qu'un cœur tendre.
Citation de Hyacinthe de Charencey ; Pensées et maximes diverses (1888)

De l'affection toutes les semaines ne me suffit plus, il m'en faut tous les jours.
Citation de Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

Ne mendie aucune affection, elle ne te serait pas longtemps chère.
Citation de Anne Barratin ; De toutes les paroisses (1913)

N'aimer que soi c'est concentrer ses affections sur un mince objet.
Citation de Pierre-Claude-Victor Boiste ; Le dictionnaire universel (1800)

Une affection n'est solide que lorsqu'elle peut supporter les orages, et survivre aux refroidissements et aux vivacités. Il faut pouvoir se gronder, se blâmer et même se châtier mutuellement. Pour cela, il ne faut pas prendre fait et cause pour ses torts, ses travers, ses gaucheries ou ses négligences ; il faut se désintéresser de son mauvais moi, désavouer et combattre son péché, abandonner en principe ses imperfections et ses fautes. Alors tout va bien et peut s'arranger.
Citation de Henri-Frédéric Amiel ; Fragments d'un journal intime (1821-1881)

Ce ne sont pas en effet les grands malheurs qui sont à craindre dans la vie, mais les petits, j'ai plus peur de piqûres d'épingles que de coups de sabre, de même on n'a pas besoin à toute heure de dévouements et de sacrifices, mais il nous faut toujours de la part d'autrui des semblants d'amitié et d'affection, des attentions et des manières.
Citation de Gustave Flaubert ; Les pensées de Gustave Flaubert (1915)

Le cœur dans ses affections comme l'humanité dans ses idées s'étend sans cesse en cercles plus élargis.
Citation de Gustave Flaubert ; Les pensées de Gustave Flaubert (1915)

Les affections les plus nobles de l'homme reposent sur sa patrie, sur la liberté, sur ses père et mère, sur sa compagne et sur ses enfants.
Citation de Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

L'égoïste qui n'éprouve aucun sentiment affectueux n'en inspire aucun.
Citation de Pierre-Claude-Victor Boiste ; Dictionnaire universel (1800)

C'est en perdant une affection, qu'on reconnaît sa grandeur, au vide qu'elle laisse.
Citation de Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 12 mars 1869.

Voulez-vous vous bien conduire ? Tenez vos affections sous bride, et ne laissez jamais cabrer sous vous les devoirs.
Citation de François Salvat de Montfort ; Vasconiana ou recueil des bons mots (1708)

Malgré les tourments qui suivent nos affections, ne redoutons pas d'en former, puisque notre cœur est fait ainsi, qu'il ne peut s'en passer. Au risque de rencontrer la douleur, abreuvons-nous de ces doux sentiments que Dieu créa pour nous donner sans doute l'idée d'une félicité à laquelle il ne nous est pas permis d'atteindre sur la terre.
Citation de Pierre-Simon Ballanche ; Fragments (1808)

Ma vie s'est réfugiée dans mes affections, elles seules peuvent me faire jouir et souffrir.
Citation de Pierre-Simon Ballanche ; Fragments (1808)

Il y a deux choses tout à fait différentes dans l'affection que l'on porte à ses amis et dans celle qu'ils nous portent, c'est de la sentir et de la prouver dans l'occasion.
Citation de Constance de Théis ; Pensées diverses (1835)

La constance, en amour, vient de la profondeur de ses affections, ou du mérite de celle qui les fait naître, ou de la force de l'habitude ou de la froideur.
Citation de Hypolite de Livry ; Pensées et réflexions (1808)

Si la loi divine nous oblige à mettre nos affections sous la tutelle du serment, c'est pour nous prémunir contre leur fragilité et leur inconstance : quand l'affection s'évanouit, le devoir reste, et la crainte du parjure nous attache encore à l'être que nous n'aimons plus.
Citation de Alfred Auguste Pilavoine ; Pensées, mélanges et poésies (1845)

Le moyen le plus sûr de se concilier l'affection des autres, ce sont des bienfaits réels ; mais il tient compte aussi d'une volonté bienfaisante, alors même que la fortune n'y répond pas. Nous aimons naturellement ceux en qui nous croyons reconnaître une disposition de libéralité, de bienfaisance, de justice.
Citation de Ambroise Rendu ; Traité de morale (1834)

Chaque homme donne à ses affections un degré d'importance proportionné à la trempe de son âme, ou à sa situation. C'est ainsi que les plus grands malheurs émeuvent à peine les uns, et que les plus petites choses tourmentent tant les autres. Les effets sont donc beaucoup plus en raison de la constitution que de la nature des événements qui les produisent.
Citation de Paul Thiébault ; Recueil de pensées (1805)

Les affections douces font le bonheur de la vie.
Citation de Jean-Claude Delamétherie ; De l'homme considéré moralement (1802)

De deux personnes qui s'aiment on ne distingue plus celle qui commande de celle qui obéit ; entre elles la confiance est entière, parce que l'affection est réciproque. L'amour les a confondues dans une égalité si intime, que de leurs deux âmes elle ne forme plus qu'un seul être.
Citation de Alfred Auguste Pilavoine ; Pensées, mélanges et poésies (1845)

Quelque bonne que soit la charité publique, elle ne saurait valoir, pour celui qui en est l'objet, l'affection du foyer domestique. La charité se partage, l'affection se concentre, se particularise. Qu'y a-t-il au monde de plus doux que ces tendres soins, ces affectueuses complaisances, ces mille petites attentions et délicatesses dont on entoure un vieillard que l'on vénère et que l'on aime ! Un pareil tribut est bien légitime, et qui oserait blâmer ces touchantes flatteries du cœur ? N'est-ce pas là la dette sacrée de la nature, si doucement acquittée par la reconnaissance ? Ah ! il est digne de la piété filiale d'embellir les derniers jours d'un bon père et d'une bonne mère, et de leur dérober sous des fleurs le triste chemin de la tombe.
Citation de Alfred Auguste Pilavoine ; Pensées, mélanges et poésies (1845)