Henri-Frédéric Amiel.

Biographie :

Henri-Frédéric Amiel

Célèbre écrivain, poète et philosophe suisse romand né le 27 septembre 1821 au 91 rue du Rhône à Genève, Henri-Frédéric Amiel est mort le 11 mai 1881 dans sa ville natale. Pendant plus de trente ans, jour après jour jusqu'à l'heure de sa mort, Amiel à mis par écrits ses observations sur lui-même, son entourage, et ses relations intimes et professionnelles. Son Journal intime comporte plus de 16000 pages qui ont été publiées pour la première fois, cinq cent pages seulement, en 1882.

Découvrez sa biographie complète sur Wikipédia.

Les 75 citations de Henri-Frédéric Amiel :

L'amour est sans motifs, et il ne veut pas apercevoir de raisons.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 2 décembre 1877.

Faites-vous petit, on vous querelle ; soyez coulant, on devient rogue.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 11 mai 1869.

Quand le monde se refuse à ta compagnie, passe-toi du monde.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 3 avril 1869.

Tout désordre s'expie. L'habitude d'ajourner est un désordre.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 5 mars 1869.

La vie est si courte qu'on ne devrait ajourner ni le bonheur ni le bien.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 15 novembre 1868.

Vivons avec ceux qu'on aime comme si c'était la dernière année, peut-être le dernier mois.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 31 mai 1849.

Déçu de toutes les manières, mon cœur s'est retiré sur lui-même.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 mars 1869.

Comme nous jugeons tous mal, ainsi laissons-nous mal juger.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 mars 1869.

Un malheur ne vient jamais seul, dit-on, et la nature s'acharne sur l'être qui faiblit.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 24 mars 1869.

On prend la liberté d'être libre pour la liberté même.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 3 juillet 1848.

Chacun en ce monde poursuit le bonheur, et le bonheur esquive la poursuite de chacun.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 18 mars 1869.

Les espérances de toute ma vie se cognent à un mur inexorable.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 1er octobre 1872.

La rosée rafraîchit, la pluie fertilise. Tes larmes sont-elles pluie ou rosée ?
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 février 1852.

Le gain pour le gain me semble une préoccupation avilissante et humiliante.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 10 août 1853.

Tâche de faire plaisir à ceux qui t'aiment, ce sera faire plaisir à Dieu.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 1er avril 1875.

Il sera beaucoup redemandé de celui qui a beaucoup reçu !
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 17 février 1849.

J'étais honteux comme la vache à qui on retire sa clochette !
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 avril 1872.

Il en est du journal intime comme de la prière et de la vie morale ; plus on le néglige, moins il est attrayant ; moins on en use, moins on peut en user. C'est le détail qui en fait le prix ; or laisser s'accumuler les arrérages, c'est interdire le détail.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 18 avril 1849.

Je rêve tout éveillé, je vis en rêve, je rêve que je vis.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 27 juillet 1875.

Les mercenaires et même les autres hommes ne trouvent gentil que ce qu'ils redoutent, et n'apprécient la caresse que de celui qui peut les mettre en sang.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 11 mai 1869.

Faites fond sur l'équité d'autrui, vous m'en direz des nouvelles !
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 11 mai 1869.

La ponctualité est une probité, elle devient une vertu quand elle coûte de l'effort.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 5 mars 1869.

Il est toujours dur de chagriner une femme, ne fût-ce que dans son amour-propre, et on préfère ensevelir dans le silence ces exécutions nécessaires, mais anti-chevaleresques.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 28 mars 1869.

Le mariage est le piège où nous attend le monde méchant et l'inexorable destin.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 18 mars 1869.

La récidive involontaire est la punition de la première défaillance.
Henri-Frédéric Amiel ; Journal intime, le 24 mars 1869.