Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues (7)

Les citations de Vauvenargues :

Nous réservons notre indulgence pour les êtres parfaits.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 169 (1746)

On ne plaint pas un homme d'être un sot, mais il est fort plaisant d'imaginer que c'est de sa faute.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 170 (1746)

Nul homme n'est faible par choix.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 171 (1746)

Nous querellons les malheureux pour nous dispenser de les plaindre.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 172 (1746)

La générosité souffre des maux d'autrui, comme si elle en était responsable.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 173 (1746)

L'ingratitude la plus odieuse est celle des enfants envers leurs pères.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 174 (1746)

Nos faiblesses nous attachent quelquefois les uns aux autres autant que le pourrait faire la vertu.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 176 (1746)

Les princes font beaucoup d'ingrats, parce qu'ils ne donnent pas tout ce qu'ils peuvent.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 177 (1746)

La haine est plus vive que l'amitié, moins que l'amour.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 178 (1746)

On n'est pas né pour la gloire, lorsqu'on ne connaît pas le prix du temps.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 180 (1746)

L'activité fait plus de fortunes que la prudence.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 181 (1746)

Celui qui serait né pour obéir, obéirait jusque sur le trône.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 182 (1746)

Il ne paraît pas que la nature ait fait les hommes pour l'indépendance.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 183 (1746)

Pour se soustraire à la force, on a été obligé de se soumettre à la justice.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 184 (1746)

La dépendance est née de la société.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 185 (1746)

Le plus fort se donne des droits sur le plus faible.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 187 (1746)

Qui craint les hommes aime les lois.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 188 (1746)

Qui sait tout souffrir peut tout oser.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 189 (1746)

Il y a des injures qu'il faut dissimuler, pour ne pas compromettre son honneur.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 190 (1746)

Il est bon d'être ferme par tempérament, et flexible par réflexion.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 191 (1746)

Les faibles se prennent pour des méchants, et les méchants veulent passer pour des bons.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 192 (1746)

L'homme ne se propose le repos que pour s'affranchir de la sujétion et du travail.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 199 (1746)

L'homme ne peut jouir que par l'action, et n'aime que l'action.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 199 (1746)

Le fruit du travail est le plus doux des plaisirs.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 200 (1746)

Où tout est dépendant, il y a un maître ; l'air appartient à l'homme, et l'homme à l'air.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 201 (1746)