Lao-Tseu (2)

Les citations de Lao-Tseu :

Être en repos s'appelle revenir à la vie.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XVI - VIe s. av. J.-C.
La prudence engendre l'hypocrisie.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XVIII - VIe s. av. J.-C.
Avec peu de désirs on acquiert la sagesse ; avec beaucoup de désirs on s'égare.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXII - VIe s. av. J.-C.
Par une conduite légère, on perd ses ministres ; par l'emportement des passions, on perd son trône.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXVI - VIe s. av. J.-C.
Le sage supprime les excès, le luxe et la magnificence.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXIX - VIe s. av. J.-C.
L'homme vertueux frappe un coup décisif et s'arrête.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXX - VIe s. av. J.-C.
Qui a tué une multitude d'hommes doit pleurer sur eux avec ses larmes et ses sanglots.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXXI - VIe s. av. J.-C.
Les armes les plus excellentes sont des instruments de malheur.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXXI - VIe s. av. J.-C.
Qui sait se retenir ne périclite jamais.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXXII - VIe s. av. J.-C.
Le sage procure la paix, le calme et la quiétude.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXXV - VIe s. av. J.-C.
L'absence de désirs procure la quiétude.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XXXVII - VIe s. av. J.-C.
Les hommes violents et inflexibles n'obtiennent point une mort naturelle.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLII - VIe s. av. J.-C.
Parmi les êtres, les uns s'augmentent en se diminuant ; les autres se diminuent en s'augmentant.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLII - VIe s. av. J.-C.
Un souffle immatériel forme l'harmonie.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLII - VIe s. av. J.-C.
Tous les êtres fuient le calme et cherchent le mouvement.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLII - VIe s. av. J.-C.
Dans l'univers, peu d'hommes savent instruire sans parler et tirer profit du non-agir.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLIII - VIe s. av. J.-C.
Qui sait s'arrêter ne périclite jamais.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLIV - VIe s. av. J.-C.
Qui sait se suffire est à l'abri du déshonneur.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLIV - VIe s. av. J.-C.
Qui est pur et tranquille devient le modèle de l'univers.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLV - VIe s. av. J.-C.
Le mouvement triomphe du froid ; le repos triomphe de la chaleur.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLV - VIe s. av. J.-C.
Il n'y a pas de plus grand malheur que de ne pas savoir se suffire.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, XLVI - VIe s. av. J.-C.
Qui sait gouverner sa vie ne craint sur sa route ni le rhinocéros ni le tigre.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, L - VIe s. av. J.-C.
Qui sait fonder ne craint point la destruction ; qui sait conserver ne craint point de perdre.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, LIV - VIe s. av. J.-C.
Augmenter sa vie s'appelle une calamité.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, LV - VIe s. av. J.-C.
Connaître l'harmonie s'appelle être constant ; connaître la constance s'appelle être éclairé.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, LV - VIe s. av. J.-C.
Qui se dégage de tous désirs revient de lui-même à la simplicité.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, LVII - VIe s. av. J.-C.
Le sage est désintéressé et ne fait pas de tort.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, LVIII - VIe s. av. J.-C.
Pour gouverner les hommes et servir le Ciel, rien n'est comparable à la modération.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, LIX - VIe s. av. J.-C.
Il n'y a pas de plus grand malheur que de résister à la légère.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, LXIX - VIe s. av. J.-C.
Qui met son courage à oser trouve la mort.
Lao-Tseu ; Tao-tö-king, LXXIII - VIe s. av. J.-C.