Victor Cherbuliez.

Les proverbes et citations de Victor Cherbuliez :

C'est parfois bien commode et bien facile de faire parler les morts.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

La ville pour ceux qui n'aiment que les vergers, les pâturages et les champs, feront bien de n'y pas aller.
Victor Cherbuliez ; Olivier Maugant (1885)

Certains dévouements sont incommodes.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Il y a beaucoup de gens en ce monde destinés à raisonner mal, d'autres à ne point raisonner du tout, mais il y en a beaucoup d'autres qui aiment à persécuter ceux qui raisonnent.
Victor Cherbuliez ; Les études de littérature et d'art (1873)

On n'est optimiste qu'à la condition de voir les choses en gros plus qu'en détail ; car dans l'histoire comme dans la vie le détail est odieux.
Victor Cherbuliez ; Les études de littérature et d'art (1873)

La coquetterie de certaines femmes sauvegarde leur vertu.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Il y a des esprits éternellement inquiets.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

C'est dans le malheur que les raffinés, qui eurent toujours le goût des distractions, reprennent leurs avantages ; leur curiosité les aide à s'oublier eux-mêmes.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Les subtilités de l'esprit tiennent parfois lieu des délicatesses du cœur.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Rien de ce qui passe sur la surface du globe pour les curieux ne leur est indifférent, ils aiment à recevoir des informations précises de tous les coins de l'univers, à savoir exactement ce qui se dit et se fait à Hong-Kong ou aux Îles Fidji, quels événements se préparent dans les Bermudes ou à Singapour.
Victor Cherbuliez ; Les hommes et choses d'Allemagne (1877)

Pour le touriste, le monde est un promenoir.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Aux champs, tout donne à penser.
Victor Cherbuliez ; Le grand œuvre (1867)

Quand on ne pense à rien, on pense quelquefois à beaucoup de choses.
Victor Cherbuliez ; La ferme du Choquard (1883)

La femme qui veut à toute force jouer un rôle tue son bonheur et celui des autres.
Victor Cherbuliez ; Les amours fragiles (1880)

L'imagination détourne les choses de leur fin naturelle et les fait servir à ses plaisirs.
Victor Cherbuliez ; L'art et la nature (1892)

La société est un grand corps sans âme et sans cœur.
Victor Cherbuliez ; Paule Méré (1864)

Il y a des esprits ainsi faits que les accessoires les tracassent plus que le principal.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

L'intelligence est le vrai fondement de l'admiration et de l'amour ; par conséquent ce qui nous donne le plus profondément l'intelligence des choses est aussi ce qui nous en révèle le mieux la réelle beauté.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

C'est souvent quand les convictions fortes sont rares qu'on a le plus la passion des controverses.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

Ceux qui n'ont été que des demi-mondains, des demi-pécheurs, des demi-incrédules, ne deviennent jamais que des demi-saints.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

On est toujours gauche dans le mal quand on est embarrassé d'une conscience.
Victor Cherbuliez ; Le roman d'une honnête femme (1865)

Il y a des gens qui passent leur vie à faire de grandes parties de plaisir dans leur conscience.
Victor Cherbuliez ; Paule Méré (1864)

Les consciences qui ont beaucoup roulé, perdent en roulant leurs angles, leur raideur et leur virginité.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

On croit parce qu'on croit, et on n'aura jamais de meilleure raison de croire.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)

La poésie est une eau courante ; dès qu'elle s'arrête, elle croupit.
Victor Cherbuliez ; Les études de littérature et d'art (1873)

Autre rubrique à découvrir :