Victor Cherbuliez.

Les meilleures citations de Victor Cherbuliez :

Il est dangereux de faire redire à une petite trompette les éclatantes fanfares d'un clairon de haut bruit.
Victor Cherbuliez ; Prosper Randoce (1867)
Vivre et laisser vivre les autres, même les hommes et les idées qu'on n'aime pas, voilà le fond du libéralisme.
Victor Cherbuliez ; L'idée de Jean Têterol (1878)
Quand on a du caractère, une fois résigné à l'inévitable, au lieu d'atermoyer, de réclamer des sursis, on n'a plus que le désir de hâter le dénouement et d'en finir au plus vite.
Victor Cherbuliez ; La ferme du Choquard (1883)
Les plus honnêtes gens peuvent avoir des amis compromettants ; c'est un malheur, ce n'est pas un crime.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Une sensibilité maladive rend impropre à la vie.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Il est sage d'essuyer de bonne grâce les inégalités de son humeur.
Victor Cherbuliez ; À propos d'un cheval (1860)
Les passions âcres empoisonnent la vie.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Souffrez que je vous dise toute ma pensée : Vous seriez quelque temps son joujou, pour ne plus être ensuite que sa ménagère.
Victor Cherbuliez ; Meta Holdenis (1873)
Il y a des gens riches qui sont presque honteux d'avoir tant d'argent !
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Le bonheur qu'une mère goûte se multiplie et s'étend autour d'elle.
Victor Cherbuliez ; L'idéal romanesque en France de 1610 à 1816 (1911)
La vie a du bon, mais que savons-nous si la mort ne nous tient pas en réserve des plaisirs plus vifs ?
Victor Cherbuliez ; Le roman d'une honnête femme (1865)
Tous les grands hommes ont leurs années de candeur ; mais le naïf qui est en eux s'use vite, et ils sont impitoyables dans la revanche qu'ils prennent de leurs crédulités.
Victor Cherbuliez ; L'Allemagne politique depuis la paix de Prague (1866-1870)
Le besoin de se plaindre est la plus chère passion des hommes.
Victor Cherbuliez ; Paule Méré (1864)
Les hommes se plaisent à tourmenter ce qu'ils aiment.
Victor Cherbuliez ; Paule Méré (1864)
Je ne suis pas homme à épouser une fille pour ses beaux yeux.
Victor Cherbuliez ; La ferme du Choquard (1883)
C'est parfois bien commode et bien facile de faire parler les morts.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
La ville pour ceux qui n'aiment que les vergers, les pâturages et les champs, feront bien de n'y pas aller.
Victor Cherbuliez ; Olivier Maugant (1885)
Certains dévouements sont incommodes.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Il y a beaucoup de gens en ce monde destinés à raisonner mal, d'autres à ne point raisonner du tout, mais il y en a beaucoup d'autres qui aiment à persécuter ceux qui raisonnent.
Victor Cherbuliez ; Les études de littérature et d'art (1873)
On n'est optimiste qu'à la condition de voir les choses en gros plus qu'en détail ; car dans l'histoire comme dans la vie le détail est odieux.
Victor Cherbuliez ; Les études de littérature et d'art (1873)
La coquetterie de certaines femmes sauvegarde leur vertu.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Il y a des esprits éternellement inquiets.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
C'est dans le malheur que les raffinés, qui eurent toujours le goût des distractions, reprennent leurs avantages ; leur curiosité les aide à s'oublier eux-mêmes.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Les subtilités de l'esprit tiennent parfois lieu des délicatesses du cœur.
Victor Cherbuliez ; Les pensées extraites de ses œuvres (1913)
Rien de ce qui passe sur la surface du globe pour les curieux ne leur est indifférent, ils aiment à recevoir des informations précises de tous les coins de l'univers, à savoir exactement ce qui se dit et se fait à Hong-Kong ou aux Îles Fidji, quels événements se préparent dans les Bermudes ou à Singapour.
Victor Cherbuliez ; Les hommes et choses d'Allemagne (1877)