Publilius Syrus.

Les proverbes et citations de Publilius Syrus :

Tel pense converser, qui babille et radote, et tenant seul le dé, se conduit en despote.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Quand le mal partout trône et règne en vainqueur, l'homme qui fait le bien, c'est lui qui fait erreur.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Une vieille, qui joue, et singe la jeunesse, fait sourire la mort et la met en liesse.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Quand le pauvre amour meurt, il meurt de vétusté, c'est le temps qui le tue, et non la volonté.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Avant d'être adultère, on l'est déjà dans l'âme, lorsque de son prochain on convoite sa femme.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Tout ce que la pudeur a pris soin d'interdire, déshonorant à faire, est déshonnête à dire.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Qui se vante soi-même avec immodestie, trouve vite un railleur pour la contrepartie.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

L'esclave a beau chercher à briser son entrave, il se rend malheureux, sans cesser d'être esclave.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Oh ! de quelle amertume on se sent abreuver, forcé de perdre ceux qu'on eût voulu sauver !
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Pour enseigner l'honneur tout maître est impuissant, c'est un trésor divin qu'on porte en naissant.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Nous devons supposer qu'il est toujours présent, celui qui peut de nous se venger, même absent.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Le bonheur, à l'envi bien que chacun l'encense, n'a de l'adversité jamais eu la puissance.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

L'homme est, en général, foncièrement méchant : S'il est bon, c'est par crainte, et non pas par penchant.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

À chaque arbre son fruit : Si vous voulez des cormes, montez sur les cormiers, et non pas sur les ormes.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Aux pratiques du bien ardent à se plier, l'esprit humain a peine à s'en rassasier.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Ou plutôt, on verra, haletante et fourbue, au but avant le lièvre arriver la tortue.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Voulez-vous prévenir l'indigence ennemie ? Soyez sobre, et vivez avec économie.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Il n'est jamais plus à craindre la méchanceté que quand elle prend les dehors de la bonté.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

La précoce raison chez un enfant m'afflige, et j'ai fort peu d'amour pour un petit prodige.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Notre bonheur n'est rien qu'un bonheur éphémère, s'il n'a, chemin faisant, passé par la misère.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Un vieillard devrait se cacher et rougir quand il commence à vivre au moment de mourir.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Une corde, si bien qu'elle ait été tordue, doit finir par casser quand elle est trop tendue.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Pouvoir faire le mal avec toute licence, et ne le vouloir pas, est un mérite immense.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Quel tourment que celui de se voir museler, quand la langue démange et grille de parler !
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Peu de gens au péché pensent à se soustraire ; tous, en faisant le mal, savent qu'ils vont mal faire.
Publilius Syrus ; Les sentences et maximes - Ier s. av. J.-C.

Autre rubrique à découvrir :