Jules Renard.

Les meilleures citations de Jules Renard :

Ma tête biscornue fait péter tous les clichés.
Jules Renard ; Journal du 8 août 1891.

Il y a des seins qui fondent dans la main de l'amant.
Jules Renard ; Journal du 3 juillet 1900.

J'aime mieux être impoli que banal.
Jules Renard ; Journal du 26 juin 1900.

La rivière déborde, et les bœufs, inquiets, traversent la mer.
Jules Renard ; Journal du 19 juin 1900.

Vous pleurez, madame ? Ah ! prenez garde à votre peinture !
Jules Renard ; Journal du 18 juin 1900.

Maintenant, il faut lire entre les lignes du téléphone.
Jules Renard ; Journal du 18 juin 1900.

Les jets du ventre en avant ne sont que lubriques, mais le roulis des fesses, des hanches, des seins, des épaules, et le petit va-et-vient de la tête, c'est très bien.
Jules Renard ; Journal du 12 juin 1900.

J'aimerais à gagner beaucoup d'argent, pour le plaisir de dire, en versant sur la table l'or et les billets pliés comme des mouchoirs de poche : « Voilà, payez-vous ! » Tantôt je réclame toute justice et je donne deux sous comme un sou à mes pauvres, tantôt je veux, moi aussi, lutter pour mes pauvres.
Jules Renard ; Journal du 10 juillet 1894.

Pour arriver, il faut mettre de l'eau dans son vin, jusqu'à ce qu'il l'y ait plus de vin.
Jules Renard ; Journal du 3 juillet 1894.

De petits nuages blancs montent de la terre comme si on lui tondait la laine sur le dos.
Jules Renard ; Journal du 1er juillet 1894.

Il était si laid que, lorsqu'il faisait des grimaces, il l'était moins.
Jules Renard ; Journal du 4 décembre 1891.

À la manière dont il... se fouillait le nez, je vis quel était son genre de talent.
Jules Renard ; Journal du 29 mai 1894.

Il fait calme : mon paysage est au fond de la mer.
Jules Renard ; Journal du 16 mai 1894.

Un singe a grimpé dans l'arbre de ma vie, et me fait la grimace au plus haut de ses branches.
Jules Renard ; Journal du 16 mai 1894.

Un sommeil d'enfant que ne troubleraient pas même des cris d'enfant.
Jules Renard ; Journal du 9 mai 1894.

Rêve de grandes choses, cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites.
Jules Renard ; Journal du 9 mai 1894.

Il faut bien laisser refroidir sa prose, comme une crème avant d'y goûter.
Jules Renard ; Journal du 7 mai 1894.

Tout le jour, je me suis drogué de tristesse.
Jules Renard ; Journal du 9 avril 1894.

Pour détruire les mouches, se mettre tout nu et s'enduire de glu liquide, mélangée d'un peu de miel ou saupoudrée de sucre, et se promener dans sa chambre. Les mouches attirées viennent se coller sur votre peau. Vous les prenez comme vous voulez. Le procédé manque d'élégance, mais il est infaillible.
Jules Renard ; Journal du 7 avril 1894.

Dans le monde, multiplier son ennui par celui des autres.
Jules Renard ; Journal du 4 avril 1894.

Ce n'est pas difficile d'être exquis de temps en temps, mais l'être toute sa vie !
Jules Renard ; Journal du 29 mars 1894.

La gloire d'hier ne compte plus ; celle d'aujourd'hui est trop fade, et je ne désire que celle de demain.
Jules Renard ; Journal du 20 mars 1894.

Le soleil ne s'est pas levé aujourd'hui. Il a sucé un peu de neige et s'est recouché, bien affaibli.
Jules Renard ; Journal du 16 mars 1894.

Notre vie, c'était comme un lac d'amitié traversé par un courant d'amour.
Jules Renard ; Journal du 15 mars 1894.

Un teint d'une telle sensibilité qu'il change avec les nuages, comme la mer.
Jules Renard ; Journal du 4 février 1894.