Jean Rostand.

Les meilleures citations de Jean Rostand :

L'amour est le plus sûr et le plus sensible réactif de l'individuel.
Jean Rostand ; Le courrier d'un biologiste (1970)

On ne choisit pas dans ce qu'on aime, on prend tout en bloc.
Jean Rostand ; Le courrier d'un biologiste (1970)

Il est pénible d'être un arracheur d'espoir ; il est dur d'être considéré comme un désolateur.
Jean Rostand ; Le courrier d'un biologiste (1970)

Avant de rêver, il faut savoir.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Qu'il faut donc aimer quelqu'un pour le préférer à son absence !
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Il n'y a pas de bonheur intelligent.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

La seule liberté que nous concède la vie, c'est de choisir nos remords.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Que de mesure il faut dans l'excès !
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Sachons gré aux tracas de la vie, ils nous divertissent de son horreur.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Être adulte, c'est être seul.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

L'homme est un miracle sans intérêt.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Le plus précieux trésor est d'avoir mis beaucoup de souffrance derrière soi.
Jean Rostand ; Le carnet d'un biologiste (1959)

Chaque souffrance porte en soi sa rancune.
Jean Rostand ; Pendant qu'on souffre encore (1921)

La mauvaise foi ne s'apprend pas.
Jean Rostand ; Le carnet d'un biologiste (1959)

Savoir regarder en étranger nous aide à voir en artiste. Ce qui nous aliène nous inspire.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Il faut acquérir chaque jour des ignorances solidement fondées.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

La vérité est toujours servie par les grands esprits, même s'ils la combattent.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

La science a fait de nous des dieux avant même que nous méritions d'être des hommes.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Je ne crois pas au mystère, ce serait trop simple.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Peu de gens sont dignes de ne croire à rien.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Ne pas prendre ses angoisses pour des problèmes, à moins que ce ne soient les seuls.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

Je ne puis arriver à croire que, mort, on soit moins mort qu'on ne l'est endormi.
Jean Rostand ; Les pensées d'un biologiste (1954)

La bonté n'est qu'une habile prévoyance.
Jean Rostand ; Les hommes de vérité (1948)

Une méchanceté privée de nuire est plus à plaindre qu'une bonté empêchée de servir.
Jean Rostand ; Les inquiétudes d'un biologiste (1967)

La reconnaissance n'est que l'espoir de nouveaux bienfaits.
Jean Rostand ; Les hommes de vérité (1948)