Jean de La Bruyère (2)

Les citations de Jean de La Bruyère :

Un homme sage ne se laisse ni gouverner ni ne cherche à gouverner les autres.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il y a bien autant de paresse que de faiblesse à se laisser gouverner.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il est pénible à un homme fier de pardonner à celui qui le surprend en faute.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
On ne pourrait se défendre de quelque joie à voir périr un méchant homme.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Qui désire avec trop d'impatience y met trop du sien pour en être récompensé par le succès.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il faut briguer la faveur de ceux à qui l'on veut du bien, plutôt que de ceux de qui l'on espère du bien.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il est doux de voir ses amis par goût et par estime ; il est pénible de les cultiver par intérêt.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
C'est assez pour soi d'un fidèle ami ; c'est même beaucoup de l'avoir rencontré.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Rien ne coûte qu'à tenir parole.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il est doux et naturel de faire du mal à ce que l'on hait.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
L'amitié est plus à charge que la haine.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il coûte moins cher de haïr que d'aimer.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
L'on peut avoir la confiance de quelqu'un sans en avoir le cœur.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il semble qu'il est moins rare de passer de l'antipathie à l'amour qu'à l'amitié.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il n'y a pas si loin de la haine à l'amitié que de l'antipathie.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
Il est plus ordinaire de voir un amour extrême qu'une parfaite amitié.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Du cœur (1688)
La paresse dans les femmes vives est le présage de l'amour.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Les femmes vont plus loin en amour que la plupart des hommes.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Les femmes sont extrêmes ; elles sont meilleures ou pires que les hommes.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Une femme prude paye de maintien et de paroles, une femme sage paye de conduite.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Il y a une fausse modestie qui est vanité, une fausse gloire qui est légèreté ; une fausse grandeur qui est petitesse ; une fausse vertu qui est hypocrisie ; une fausse sagesse qui est pruderie.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
C'est trop contre un mari d'être coquette et dévole : une femme devrait opter.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Tout est tentation à qui la craint.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Une femme galante veut qu'on l'aime ; il suffit à une coquette d'être trouvée aimable.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Une femme inconstante est celle qui n'aime plus ; une légère, celle qui déjà en aime un autre ; une volage, celle qui ne sait si elle aime et ce qu'elle aime ; une indifférente, celle qui n'aime rien.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
La femme galante se fait craindre, et la coquette se fait haïr.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Les femmes s'attachent aux hommes par les faveurs qu'elles leur accordent.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
L'harmonie la plus douce est le son de voix de celle que l'on aime.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Les femmes guérissent de leur paresse par la vanité ou par l'amour.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)
Une femme insensible est celle qui n'a pas encore vu celui qu'elle doit aimer.
Jean de La Bruyère ; Les caractères, Des femmes (1688)