Honoré de Balzac.

Les proverbes et citations de Honoré de Balzac :

Qui aime sans se faire aimer n'a pas le droit de se plaindre.
Honoré de Balzac ; La duchesse de Langeais (1833)

La jalousie des gens supérieurs devient émulation, celle des petits esprits de la haine.
Honoré de Balzac ; Le contrat de mariage (1835)

Pour être heureux en ménage, il faut être un homme de génie marié à une femme tendre et spirituelle, ou se trouver, par l'effet du hasard qui n'est pas aussi commun qu'on pourrait le penser, tous les deux excessivement bêtes.
Honoré de Balzac ; Les petites misères de la vie conjugale (1830-1846)

Le rapide amour qui commence un mariage est un diamant, une perle, un joyau ciselé par le premier des arts, un trésor à enterrer au fond du cœur.
Honoré de Balzac ; Béatrix (1839)

L'expérience s'achète par le malheur.
Honoré de Balzac ; Les employés (1838)

La gloire est le soleil des morts.
Honoré de Balzac ; La recherche de l'absolu (1834)

Pour arriver au bonheur conjugal, il faut gravir une montagne dont l'étroit plateau est bien près d'un revers aussi rapide que glissant.
Honoré de Balzac ; La maison du chat-qui-pelote (1830)

Jamais un mari ne sera si bien vengé que par l'amant de sa femme.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)

Beaucoup d'hommes veulent avoir ces deux éditions du même ouvrage, la femme et la maîtresse, quoique ce soit une immense preuve d'infériorité chez un homme que de ne pas savoir faire de sa femme sa maîtresse. La variété dans ce genre est un signe d'impuissance. La constance sera toujours le génie de l'amour, l'indice d'une force immense, celle qui constitue le poète ! On doit avoir toutes les femmes dans la sienne.
Honoré de Balzac ; Les parents pauvres (1847)

Les hommes, pour se marier, jouent autant de rôles que les mères en font jouer à leurs filles pour s'en débarrasser.
Honoré de Balzac ; Modeste Mignon (1844)

Le mariage ressemble à un procès : il s'y trouve toujours une partie de mécontente ; et si l'une dupe l'autre, la moitié des mariés joue certainement la comédie aux dépens de l'autre.
Honoré de Balzac ; Modeste Mignon (1844)

Avoir de la jalousie pour une femme dont on est aimé constitue de singulières vues de raisonnements. Nous sommes aimés ou nous ne le sommes pas : placés à ces deux extrêmes, la jalousie est un sentiment inutile en l'homme ; elle ne s'explique peut-être pas plus que la peur, et peut-être la jalousie est-elle la peur en amour. Mais ce n'est pas douter de sa femme, c'est douter de soi-même.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)

L'homme va de l'aversion à l'amour ; mais quand il a commencé par aimer et qu'il arrive à l'aversion, il ne revient jamais à l'amour.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)

Quand une femme arrive à se repentir de ses faiblesses, elle passe comme une éponge sur sa vie, afin d'en effacer tout.
Honoré de Balzac ; Un grand homme de province à Paris (1839)

Un homme n'a jamais pu élever sa maîtresse jusqu'à lui ; mais une femme place toujours son amant aussi haut qu'elle.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)

Il est de la nature des femmes de prouver l'impossible par le possible et de détruire les faits par des pressentiments.
Honoré de Balzac ; Le Père Goriot (1834)

Sur dix nuits promises au travail par les jeunes gens, ils en donnent sept au sommeil. Il faut avoir plus de vingt ans pour veiller.
Honoré de Balzac ; Le Père Goriot (1834)

La candeur a sur l'homme le même pouvoir que l'enfance, elle en a les attraits et les irrésistibles séductions.
Honoré de Balzac ; Ursule Mirouët (1841)

Les enfants sont plus pénétrables qu'on ne le croit par les invisibles effets des idées ; ils ne se moquent jamais d'une personne vraiment imposante, la véritable grâce les touche, la beauté les attire, parce qu'ils sont beaux et qu'il existe des liens mystérieux entre les choses de même nature.
Honoré de Balzac ; Le cabinet des Antiques (1838)

L'enfance a le front transparent, le teint diaphane ; et le mensonge est, chez elle, comme une lumière qui lui rougit même le regard.
Honoré de Balzac ; La femme de trente ans (1834)

En fait de grâce comme en tout, il n'y a que le cœur qui ne vieillisse pas.
Honoré de Balzac ; Modeste Mignon (1844)

C'est souvent au moment où les gens désespèrent le plus de leur avenir que leur fortune commence.
Honoré de Balzac ; Illusions perdues, Ève et David (1843)

La passion est le pressentiment de l'amour et de son infini.
Honoré de Balzac ; La duchesse de Langeais (1833)

L'amour est profondément égoïste, tandis que la maternité tend à multiplier nos sentiments.
Honoré de Balzac ; Mémoires de deux jeunes mariées (1841)

Autre rubrique à découvrir :