Honoré de Balzac (3)

Les citations de Honoré de Balzac :

L'homme impoli est le lépreux du monde fashionable.
Honoré de Balzac ; Le traité de la vie élégante (1830)

Un banquier arrivé à quarante ans sans avoir déposé son bilan, ou qui a plus de trente-six pouces de tour, est le damné de la vie élégante ; il en verra le paradis sans jamais y entrer.
Honoré de Balzac ; Le traité de la vie élégante (1830)

L'esprit d'un homme se devine à la manière dont il tient sa canne.
Honoré de Balzac ; Le traité de la vie élégante (1830)

Quoique l'élégance soit moins un art qu'un sentiment, elle provient également d'un instinct et d'une habitude.
Honoré de Balzac ; Le traité de la vie élégante (1830)

Un homme devient riche, il naît élégant.
Honoré de Balzac ; Le traité de la vie élégante (1830)

La loi de la vie est celle de tous les arts qui n'existent que par les contrastes. L'œuvre faite sans cette ressource est la dernière expression du génie, comme le cloître est le dernier refuge du chrétien.
Honoré de Balzac ; Les maximes et pensées (1856)

Si le monde tolère un malheur, n'est-ce pas pour le façonner à son usage, en tirer profit, le hâter, lui mettre un mors, une housse, le monter, en faire une joie ?
Honoré de Balzac ; La peau de chagrin (1831)

Quelque majestueux que soit un malheur, la société sait toujours l'amoindrir.
Honoré de Balzac ; La peau de chagrin (1831)

Il y a de terribles créanciers avec lesquels il faut pleurer, et, quand nous les avons payés, nous leur devons encore du secours.
Honoré de Balzac ; La peau de chagrin (1831)

Le beau monde bannit de son sein les malheureux, comme un homme de santé vigoureuse expulse de son corps un principe morbifique.
Honoré de Balzac ; La peau de chagrin (1831)

De même que le médecin ne laisse rien voir de ses appréhensions à son malade, de même l'avocat montre toujours une physionomie pleine d'espoir à son client. C'est un des cas rares où le mensonge devient vertu.
Honoré de Balzac ; Une ténébreuse affaire (1841)

Les mœurs, qui, souvent, n'ont pas de raison, l'emportent sur la loi.
Honoré de Balzac ; Une ténébreuse affaire (1841)

Il est un ascendant que savent prendre sur les plus grands esprits les gens sans éducation qui se sentent nécessaires et qui, de concession en concession, savent marcher à la domination avec la persistance d'une idée fixe.
Honoré de Balzac ; Les maximes et pensées (1856)

Les gens qui veulent fortement une chose sont presque toujours bien servis par le hasard.
Honoré de Balzac ; La Vendetta (1830)

Un amant a toutes les qualités et tous les défauts qu'un mari n'a pas.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)

L'adultère est une faillite, à cette différence près, que c'est celui à qui l'on fait banqueroute qui est déshonoré.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)

La croyance sans bornes est le principal attribut du grand homme.
Honoré de Balzac ; Le contrat de mariage (1835)

Qui aime sans se faire aimer n'a pas le droit de se plaindre.
Honoré de Balzac ; La duchesse de Langeais (1833)

La vertu des femmes est peut-être une question de tempérament.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)

La jalousie des gens supérieurs devient émulation, celle des petits esprits de la haine.
Honoré de Balzac ; Le contrat de mariage (1835)

L'amour ne révèle ses plaisirs qu'à ceux qui confondent leurs pensées.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)

La solitude est à la torture ce que le moral est au physique.
Honoré de Balzac ; Splendeurs et misères des courtisanes (1847)

Pour être heureux en ménage, il faut être un homme de génie marié à une femme tendre et spirituelle, ou se trouver, par l'effet du hasard qui n'est pas aussi commun qu'on pourrait le penser, tous les deux excessivement bêtes.
Honoré de Balzac ; Les petites misères de la vie conjugale (1830-1846)

Le rapide amour qui commence un mariage est un diamant, une perle, un joyau ciselé par le premier des arts, un trésor à enterrer au fond du cœur.
Honoré de Balzac ; Béatrix (1839)

Le mariage doit incessamment combattre un monstre qui dévore tout : l'habitude.
Honoré de Balzac ; La physiologie du mariage (1829)