Christian Bobin.

Les proverbes et citations de Christian Bobin :

Tout se donne à voir sur le ciel d'un visage.
Christian Bobin ; La part manquante (1989)

Il n'y a pas d'autre attente que de vivre.
Christian Bobin ; La femme à venir (1990)

Une seule chose compte, c'est la gaieté : Ne laisse jamais personne te l'enlever.
Christian Bobin ; La folle allure (1995)

Vivre dans la solitude est un luxe ; vivre dans le silence est un autre luxe.
Christian Bobin ; La grâce de solitude de Marie de Solemne (1998)

L'intelligence cela ne s'apprend pas, cela s'exerce.
Christian Bobin ; L'épuisement (1994)

Ton cœur est tendre comme du lilas entamant une conversation avec un brin de ciel bleu.
Christian Bobin ; Autoportrait au radiateur (2000)

La fermeté, voilà ce qui me plaît chez quelqu'un : une autorité bonne et délivrante.
Christian Bobin ; La lumière du monde (2001)

Aimer, c'est s'approcher au plus près de l'autre jusqu'à éprouver de l'intérieur ses mouvements.
Christian Bobin ; Quelques jours avec elles (1994)

Je me suis marié la gaieté dans le cœur, et si j'ai divorcé, c'est parce qu'elle menaçait d'en partir.
Christian Bobin ; La folle allure (1995)

Désespoir, amour, gaieté, qui a ces trois roses enfoncées dans le cœur a la jeunesse pour lui.
Christian Bobin ; La plus que vive (1996)

Ceux qui nous aiment sont bien plus redoutables que ceux qui nous détestent.
Christian Bobin ; La folle allure (1995)

Les gens on les aime tout de suite ou jamais.
Christian Bobin ; La folle allure (1995)

Le besoin de créer est dans l'âme comme le besoin de manger dans le corps.
Christian Bobin ; La folle allure (1995)

Le temps est la toupie de Dieu.
Christian Bobin ; Prisonnier au berceau (2005)

La plus belle vie est celle qui exprime ce que la vie a de beau.
Christian Bobin ; Prisonnier au berceau (2005)

Le paradis est d'être en ce monde.
Christian Bobin ; Prisonnier au berceau (2005)

La prétention empêche de voir plus loin que soi.
Christian Bobin ; Prisonnier au berceau (2005)

L'art suprême consiste à savoir donner sa langue au chat.
Christian Bobin ; Le Christ aux coquelicots (2002)

Un vrai livre est toujours quelqu'un qui entre dans notre solitude.
Christian Bobin ; La lumière du monde (2001)

Rien n'est plus contagieux que la liberté.
Christian Bobin ; Tout le monde est occupé (1999)

Le travail c'est du temps transmué en argent.
Christian Bobin ; L'épuisement (1994)

Toute vraie présence est épuisante.
Christian Bobin ; L'épuisement (1994)

Autre rubrique à découvrir :