Antoine de Rivarol.

Les proverbes et citations de Antoine de Rivarol :

Si nous étions composés d'éléments insensibles, d'atomes sans mouvements et sans vie, et que pourtant nous fussions capables de sentir et de nous mouvoir, il faudrait bien conclure qu'il y a en nous un être qui se meut et qui sent, comme le ressort d'une montre. Mais il est très vrai au contraire que nous sommes pétris d'atomes pleins de vie et de sensibilité, qui aiment, haïssent, souffrent, se réjouissent.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Il n'est pas besoin de passer devant les objets quand les objets passent devant nous : aussi les habitants des grandes villes ne croient pas avoir besoin de voyager.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Ce qui fait la puissance du talent, c'est qu'il exprime d'une manière neuve et piquante, les pensées les plus communes : or, les pensées les plus communes se composent des sensations premières, souvent répétées, et par conséquent fondamentales dans l'homme.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

De même qu'une fleur ou un fruit sont embellis ou grossis par la culture, moins ils portent de graines ou de pépins : ainsi plus un homme cultive sa tête, moins il est propre à la génération ou au travail des mains. Ce qui prouve toujours que la nature n'est pas qu'une fleur soit une belle fleur, ou un fruit un gros fruit, ou l'homme un grand penseur.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Il naît plus d'hommes que de femmes en Europe, et, sans la guerre, les femmes y seraient condamnées à l'infidélité. Dans un pays où il y aurait plus de femmes que d'hommes, beaucoup seraient condamnées à la fidélité.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Les enfants poussent des cris, aiment le bruit, le feu, etc., ils font tout ce qu'ils peuvent pour s'avertir de leur existence. Les gens bornés aiment le mouvement. Il n'y a que les hommes exercés à la méditation qui aiment le silence et le repos : leur vie est une suite d'idées.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Si, étant fort occupé d'une idée, on se retourne dans son lit, on la perd, et souvent pour longtemps.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Un homme, habitué à beaucoup écrire, écrit souvent sans idées, comme ce vieux médecin qui tâtait le pouls à son fauteuil en mourant.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Le mouvement entre deux repos est l'image du présent entre le passé et l'avenir : le tisserand qui fait sa toile fait toujours ce qui n'est pas.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Ce qui rend les consolations si inutiles et souvent si insupportables, c'est qu'on ne peut offrir le temps.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

L'homme fut placé sur le seuil de la vie comme devant un carrefour ; les animaux comme devant une seule route. Raison pourquoi nous sommes capables de doute, et coupables de fourberie : les animaux exempts de l'un et de l'autre et toujours incorruptibles.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

La peur est la plus terrible des passions, parce qu'elle fait ses premiers efforts contre la raison, elle paralyse le cœur et l'esprit.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Vingt mille femmes mal faites font passer une mode qui n'est favorable qu'à leur défaut ; le petit nombre de belles femmes s'y assujettit : la majorité l'emporte.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

La fatalité ou prédestination est dans les choses et non dans nous. Il est fatal que tout corps qui passera sur telle pente, glisse et tombe, mais il ne l'est pas que tel homme y passera.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Le tour le plus ingénieux qu'on ait joué à l'égoïsme, c'est l'établissement du dogme d'une autre vie, car on a forcé l'homme à sacrifier celle-ci pour l'autre.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Si le riche n'était libéral que comme la terre, qu'il n'accordât rien qu'au travail, il passerait pour dur.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

L'admirable nature a voulu que ce que les hommes ont de commun fût essentiel, et ce qu'ils ont de différent peu de chose : il est vrai que ce qu'ils ont de différent change beaucoup ce qu'ils ont de semblable.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Il faut toujours avoir affaire, ou à la malice des hommes si les temps sont calmes, ou à leur barbarie, s'il y a révolution.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Un homme à talent dira plutôt une sottise qu'un homme d'esprit : les gens du monde s'y trompent souvent, et confondent l'esprit et le talent.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Si l'homme avait des yeux tout autour de la tête, devant et derrière n'existeraient pas pour lui.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Les hommes les plus sages sont toujours ceux qui ont le moins d'ascendant sur les autres hommes, parce qu'ils ont le moins de rapports avec eux, c'est comme les plus ingénieux.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

La nature n'ayant plus rien de nouveau à offrir à l'homme qui pense et qui vieillit, et la société encore moins, il ne doit demander que l'air et l'eau, le silence et l'absence, quatre éléments de la vie, quatre choses sans goût et sans reproche.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

On corrompt la fille innocente avec des propos libres, et l'amour délicat séduit la femme galante : fruit nouveau pour l'une et l'autre.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Ce qu'il y a d'horrible en général dans ce monde, c'est que nous cherchions avec une égale ardeur à nous rendre heureux, et à empêcher les autres de l'être. Beaucoup d'hommes lancent sur nous autant de traits que de regards.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Vivre dans l'aisance, avoir de la patience, de la prudence et de la santé, voilà le bonheur de l'homme : si avec tout cela, il n'est point heureux, c'est qu'il n'est pas digne de l'être.
Antoine de Rivarol ; Les pensées inédites de Rivarol (1836)

Autre rubrique à découvrir :