Jean Racine (2)

Les citations de Jean Racine :

Le plus habile homme peut se méprendre.
Jean Racine ; Les plaideurs (1668)
La faiblesse aux humains n'est que trop naturelle.
Jean Racine ; Phèdre (1677)
Aucun reste d'espoir ne peut flatter ma peine.
Jean Racine ; Alexandre le Grand (1665)
La foi d'un ennemi doit être un peu suspecte.
Jean Racine ; Alexandre le Grand (1665)
Les malheurs sont souvent enchaînés l'un à l'autre.
Jean Racine ; Esther (1689)
Qui veut voyager loin ménage sa monture.
Jean Racine ; Les plaideurs (1668)
Il faut se croire aimé pour se croire infidèle.
Jean Racine ; Andromaque (1667)
Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon cœur.
Jean Racine ; Phèdre (1677)
La honte suit de près les courages timides.
Jean Racine ; Alexandre le Grand (1665)
S'il ne meurt aujourd'hui, je puis l'aimer demain.
Jean Racine ; Andromaque (1667)
L'amour avidement croit tout ce qui le flatte.
Jean Racine ; Mithridate (1673)
Je meurs si je vous perds, mais je meurs si j'attends.
Jean Racine ; Andromaque (1667)
La douleur qui se tait n'en est que plus funeste.
Jean Racine ; Andromaque (1667)
Ceux qui voient le mieux nos défauts sont ceux qui les dissimulent le plus volontiers.
Jean Racine ; Britannicus, Préface (1669)
Ainsi de leurs flatteurs, les rois sont les victimes.
Jean Racine ; La Thébaïde (1664)
Un cœur noble ne peut soupçonner en autrui la bassesse et la malice qu'il ne sent point en lui.
Jean Racine ; Esther (1689)
Tous les premiers forfaits coûtent quelques efforts, on commet les seconds sans remords.
Jean Racine ; La Thébaïde (1664)
Ami, n'accable point un malheureux qui t'aime.
Jean Racine ; Andromaque (1667)
On tremble en comparant l'offense et le supplice.
Jean Racine ; Esther (1689)
Qui peut immoler sa haine à sa patrie lui pourrait bien aussi sacrifier sa vie.
Jean Racine ; La Thébaïde (1664)
L'admiration est le partage des gens qui ne savent rien.
Jean Racine ; Britannicus, Préface (1669)
J'ai perdu tout mon caquet, moi qui savais fort bien écrire, et jaser comme un perroquet.
Jean Racine ; Lettre à Mlle. Vitard, le 24 janvier 1662.
Pour louer la vie et la journée, attends la fin de l'une et le soir de l'autre.
Jean Racine ; Lettre à M. Vitard, le 17 janvier 1652.
Les plus beaux jours que vous donne le printemps ne valent pas ceux que l'hiver nous laisse.
Jean Racine ; Lettre à M. Vitard, le 17 janvier 1652.
Je n'aurais jamais cru être capable d'une si grande solitude.
Jean Racine ; Lettre à M. Vitard, le 17 janvier 1652.
Il est des crimes que le succès justifie.
Jean Racine ; Les fragments de Sénèque (1672)
Que ne peut l'amitié conduite par l'amour ?
Jean Racine ; Andromaque (1667)
Croyez-moi, quelque amour qui semble vous charmer, on n'aime point, si l'on ne veut aimer.
Jean Racine ; Britannicus (1669)
Permets, en ce jour, qu'en retrouvant l'amant je retrouve l'amour.
Jean Racine ; La Thébaïde (1664)
Permettez que mon cœur, en voyant vos beaux yeux, de l'état de son sort interroge ses dieux.
Jean Racine ; La Thébaïde (1664)
Quelque haine qu'on ait contre un fier ennemi, quand il est loin de nous, on la perd à demi.
Jean Racine ; La Thébaïde (1664)
Ma bouche et mon cœur, et tout ce que je suis, rendent honneur au Dieu qui m'a donné la vie.
Jean Racine ; Esther (1689)
Craignez la feinte douceur ; la vengeance est dans son cœur.
Jean Racine ; Esther (1689)
Dites promptement ce que vous demandez ; tous vos désirs vous seront accordés.
Jean Racine ; Esther (1689)
Dieu fait triompher l'innocence : Chantons, célébrons sa puissance.
Jean Racine ; Esther (1689)
Amant avec transport mais jaloux sans retour, sa haine va toujours plus loin que son amour.
Jean Racine ; Mithridate (1673)
Que j'ai sur votre vie un empire suprême, que vous ne respiriez qu'autant que je vous aime ?
Jean Racine ; Bajazet (1672)
Mon unique espérance est dans mon désespoir.
Jean Racine ; Bajazet (1672)
Un vizir aux sultans fait toujours quelque ombrage.
Jean Racine ; Bajazet (1672)
C'est un grand dieu que l'amour, et véritablement digne d'être honoré des dieux et des hommes.
Jean Racine ; Le banquet de Platon (1678-1686)