Charles Pinot Duclos (3)

Les citations de Charles Pinot Duclos :

Le monde ne s'attache qu'à ceux qui le recherchent.
Charles Pinot Duclos ; L'histoire de la baronne de Luz (1741)

Rien ne fortifie le préjugé comme un ancien usage.
Charles Pinot Duclos ; Mémoire sur les épreuves (sans date)

L'hypocrisie est le vice le plus méprisable et le plus odieux.
Charles Pinot Duclos ; Mémoires secrets sur le règne de Louis XIV (1791)

Pour le vrai philosophe, un rival est un ami : il s'enrichit des découvertes de ses concurrents.
Charles Pinot Duclos ; Éloge de M. de Fontenelle (sans date)

Le titre d'académicien peut flatter quelque grand que ce puisse être ; mais, s'il n'a aucune des qualités qui le justifient, ce n'est pour lui qu'un ridicule, et un sujet de reproche pour ceux qui l'ont choisi.
Charles Pinot Duclos ; Histoire de l'Académie française (1768)

Les États les plus heureux sont ceux qui fournissent le moins d'événement à l'histoire.
Charles Pinot Duclos ; Histoire de l'Académie française (1768)

Ceux qui occupent certaines places, sans les remplir, voudraient n'avoir que des aveugles pour témoins.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

La politesse d'usage n'est qu'un jargon fade, plein d'expressions exagérées, aussi vides de sens que de sentiment.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Les services doivent se juger moins par l'avantage qu'en retire celui qui est obligé que par le sacrifice que fait celui qui oblige.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Pour rendre meilleur les hommes, il ne faut que les éclairer.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Le mépris n'est que le langage de la jalousie, de la haine et de l'estime voilées par l'orgueil.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

La colère est une haine passagère, la haine est une colère suivie.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Il n'y a rien de plus difficile à perdre que la force de l'habitude.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

La réflexion est peu pour l'homme médiocre, mais elle prévient les fautes de l'homme supérieur.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

On ne voyait jadis que des hypocrites de vertu, on trouve aujourd'hui des hypocrites de vice.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Que les femmes ne se plaignent point des hommes, ils ne sont que ce qu'elles les ont faits.
Charles Pinot Duclos ; Confessions du comte de *** (1742)

La vivacité qui ne vient pas de l'esprit ajoute encore à la sottise.
Charles Pinot Duclos ; Confessions du comte de *** (1742)

Blâmer un jeune homme d'être amoureux, c'est reprocher à quelqu'un d'être malade.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Les hommes sans caractère sont des visages sans physionomie.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Il est rare que le bienfait tombe sur le besoin.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

On n'est pas toujours obligé d'avoir ses parents pour amis.
Charles Pinot Duclos ; Confessions du comte de *** (1742)

Après les bonnes leçons, ce qu'il y a de plus instructif sont les ridicules.
Charles Pinot Duclos ; Acajou et Zirphile (1744)

Les gens d'esprit même n'en ont jamais moins que lorsqu'ils tâchent d'en avoir.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

L'honneur qui se vend, si peu qu'on en donne, est toujours payé plus qu'il ne vaut.
Charles Pinot Duclos ; Mémoires secrets sur le règne de Louis XIV (1791)

En fait de procédés, on est bien près du mépris quand on a droit à l'indulgence.
Charles Pinot Duclos ; Les considérations sur les mœurs de ce siècle (1751)

Autre rubrique à découvrir :