Anne Barratin.

Les meilleures citations de Anne Barratin :

Recevoir une fois, pour certaines personnes c'est attendre toujours.
Anne Barratin ; De toutes les paroisses (1913)
La gêne est souvent plus grande à celui qui donne qu'à celui qui reçoit.
Anne Barratin ; De toutes les paroisses (1913)
Les rêveurs sont toujours au bord d'un abîme.
Anne Barratin ; De toutes les paroisses (1913)
J'ai plus d'indulgence pour le cœur obstiné que pour l'esprit obstiné.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
On apprend à souffrir encore plus facilement qu'à se taire.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
La persévérance fait avec la patience un pacte silencieux.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
Un riche est toujours entouré, son luxe à lui, c'est la solitude.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Dans la bêtise on s'arrête rarement en chemin.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
La faute meurt dans son pardon.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
Remettre, c'est compter sur la générosité d'un tyran, le temps.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Trop de respect en amour, c'est de l'amour frigorifique.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
L'amour fait plus de mécontents que de gens heureux.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
On peut aimer et détester dans la même heure.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
La jeunesse et la santé sont les deux dons qui font le plus d'ingrats.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
L'orgueilleux est tout près de l'ingrat : il boit facilement dans le même verre.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Il faut se voir et se regarder vivre.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Le regard porte le poids de la pensée.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Il est des intelligences plates comme des pays plats.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Il est des intelligences qui se plaquent comme des vernis.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
On sent souvent dans la patience gigoter l'impatience, comme l'enfant dans ses langes.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Souffrir ne nous apprend pas toujours à être patient, mais nous apprend à estimer la patience.
Anne Barratin ; De vous à moi (1892)
Le cœur doit être l'élève de la raison.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
Les préjugés sont des sottises héréditaires.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
La vraie reconnaissance se passe du don ; l'intention lui suffit.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)
Le bonheur nous flatte, malgré notre modestie.
Anne Barratin ; Les pensées in Œuvres posthumes (1920)