Pierre Corneille (3)

Les citations de Pierre Corneille :

Mon esprit en désordre à soi-même s'oppose : je veux et ne veux pas, je m'emporte et je n'ose.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, I, 2 (1641)

Fuyez un ennemi qui sait votre défaut.
Pierre Corneille ; Polyeucte martyr, I, 2 (1642)

Qui chérit son erreur ne la veut pas connaître.
Pierre Corneille ; Polyeucte martyr, III, 3 (1642)

Plus l'offenseur est cher, et plus grande est l'offense.
Pierre Corneille ; Le Cid, I, 5 (1636)

À qui sait bien aimer il n'est rien d'impossible.
Pierre Corneille ; Médée, V, 8 (1635)

Un bienfait perd sa grâce à le trop publier.
Pierre Corneille ; Théodore vierge et martyre, I, 2 (1645)

Les visages souvent sont de doux imposteurs.
Pierre Corneille ; Le menteur, II, 2 (1644)

Qui vit haï de tous ne saurait longtemps vivre.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, I, 2 (1641)

Ce n'est pas obéir qu'obéir lentement.
Pierre Corneille ; Sertorius (1662)

À vaincre sans péril on triomphe sans gloire.
Pierre Corneille ; Le Cid, II, 2 (1636)

Le trop de confiance attire le danger.
Pierre Corneille ; Le Cid, II, 6 (1636)

Un cœur est trop cruel quand il trouve des charmes aux douceurs que corrompt l'amertume des larmes.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, I, 1 (1641)

Plus le péril est grand, plus doux en est le fruit.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, I, 2 (1641)

À force d'être juste, on est souvent coupable.
Pierre Corneille ; La mort de Pompée, I, 1 (1642)

Un amour véritable s'attache seulement à ce qu'il voit aimable.
Pierre Corneille ; L'illusion comique (1636)

L'amour n'est qu'un plaisir, l'honneur est un devoir.
Pierre Corneille ; Le Cid, III, 6 (1636)

Qui n'a fait qu'obéir saura mal commander.
Pierre Corneille ; Pulchérie, II, 2 (1672)

Qui veut tout retenir laisse tout échapper.
Pierre Corneille ; La Place Royale, I, 1 (1635)

Ma plus douce espérance est de perdre l'espoir.
Pierre Corneille ; Le Cid, I, 2 (1636)

L'absence ne fait mal que de ceux que l'on aime.
Pierre Corneille ; La veuve, II, 4 (1632)

Aimer deux amants, c'est être à tous deux infidèle.
Pierre Corneille ; La Place Royale, I, 1 (1635)

Quelque fin que tu sois, tiens-toi pour affiné.
Pierre Corneille ; La Place Royale, III, 2 (1635)

Aux âmes bien nées la valeur n'attend pas le nombre des années.
Pierre Corneille ; Le Cid, II, 2 (1636)

Une fausse louange est un blâme secret.
Pierre Corneille ; Mélite, I, 4, le 15 décembre 1629.

Qui se venge en secret, en secret en fait gloire.
Pierre Corneille ; Clitandre ou l'Innocence persécutée (1630)

Autre rubrique à découvrir :