Pierre Corneille (2)

Les citations de Pierre Corneille :

Toute amitié meurt où naissent de vrais feux.
Pierre Corneille ; La suivante, I, 5 (1634)

Qui ne peut rien prétendre a droit d'abandonner.
Pierre Corneille ; La suivante, I, 5 (1634)

La violence est juste où la douceur est vaine.
Pierre Corneille ; Héraclius, I, 1 (1647)

À qui venge son père, il n'est rien d'impossible.
Pierre Corneille ; Le Cid, II, 2 (1636)

Le malheur succède au bonheur le plus doux.
Pierre Corneille ; Horace, V, 2 (1640)

Nos plaisirs les plus doux ne vont pas sans tristesse.
Pierre Corneille ; Horace, V, 1 (1640)

Les honneurs sont vendus aux plus ambitieux.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, II, 1 (1641)

L'ordre du destin qui gêne nos pensées n'est pas toujours écrit dans les choses passées.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, II, 1 (1641)

L'exemple souvent n'est qu'un miroir trompeur.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, II, 1 (1641)

Point de plaisir sans trouble.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, II, 1 (1641)

De ces beautés dont l'éclat éblouit, on cesse de les aimer sitôt qu'on en jouit.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, II, 1 (1641)

Notre esprit, jusqu'au dernier soupir, toujours vers quelque objet pousse quelque désir.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, II, 1 (1641)

L'ambition déplaît quand elle est assouvie.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, II, 1 (1641)

Mon esprit en désordre à soi-même s'oppose : je veux et ne veux pas, je m'emporte et je n'ose.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, I, 2 (1641)

Fuyez un ennemi qui sait votre défaut.
Pierre Corneille ; Polyeucte martyr, I, 2 (1642)

Qui chérit son erreur ne la veut pas connaître.
Pierre Corneille ; Polyeucte martyr, III, 3 (1642)

Quand on connaît sa faute, on manque doublement.
Pierre Corneille ; Médée, II, 5 (1635)

C'est une lâcheté que de remettre à d'autres les intérêts publics qui s'attachent aux nôtres.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, I, 2 (1641)

Plus l'offenseur est cher, et plus grande est l'offense.
Pierre Corneille ; Le Cid, I, 5 (1636)

À qui sait bien aimer il n'est rien d'impossible.
Pierre Corneille ; Médée, V, 8 (1635)

Un bienfait perd sa grâce à le trop publier.
Pierre Corneille ; Théodore vierge et martyre, I, 2 (1645)

Les visages souvent sont de doux imposteurs.
Pierre Corneille ; Le menteur, II, 2 (1644)

Qui vit haï de tous ne saurait longtemps vivre.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, I, 2 (1641)

Pour qui venge son père il n'est point de forfaits.
Pierre Corneille ; Cinna ou La clémence d'Auguste, I, 2 (1641)

Tout vice aura sa peine à lui seul destinée.
Pierre Corneille ; L'imitation de Jésus-Christ (1651-1659)