François-Marie Arouet, dit Voltaire

Biographie :

François-Marie Arouet, dit Voltaire

Écrivain et philosophe français né le 21 novembre 1694 à Paris, François-Marie Arouet, dit Voltaire, est mort le 30 mai 1778 dans sa ville natale. Chef de file du parti philosophique, il combat toute sa vie le fanatisme religieux et l'injustice, et se bat pour la tolérance et la liberté de penser. Élu à l'Académie française le 2 mai 1746, Voltaire meurt en 1778 dans l'hôtel de son ami le marquis de Villette. Il fut enterré à l'Abbaye de Scellières située à Romilly-sur-Seine dans l'Aube, puis ses restes furent transportés au Panthéon de Paris le 11 juillet 1791.

Les 123 citations de Voltaire :

Tous les vrais philosophes ont reconnu que le hasard est un mot vide de sens.
Voltaire ; Le dictionnaire philosophique (1764)

Persister dans sa faute est horrible et funeste.
Voltaire ; Tancrède, le 9 mars 1760.

Le plus grand écueil des arts dans le monde, c'est ce qu'on appelle les lieux communs.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

Ce monde est un vaste amphithéâtre où chacun est placé au hasard sur son gradin. On croit que la suprême félicité est dans les degrés d'en haut : quelle erreur !
Voltaire ; Le dialogue de Françoise de Maintenon et Ninon de Lenclos (1751)

Les talents ne sont pas faits pour rendre heureux.
Voltaire ; Les pensées et maximes (1821)

Les récompenses ne sont faites que pour les gens qui écrivent des choses utiles, et non pour ceux qui ne sont connus dans le monde que par l'envie de se faire connaître.
Voltaire ; Diatribe du docteur Akakia (1753)

Les plus grandes inimitiés produisent moins de crimes que le fanatisme.
Voltaire ; Essai sur les mœurs et l'esprit des nations (1756)

Nous sommes presque toujours les artisans de nos disgrâces.
Voltaire ; Lettre à Frédéric II, Roi de Prusse, le 5 janvier 1767.

L'esprit de curiosité, donné de Dieu à l'homme, nous emporte sans cesse au delà du but.
Voltaire ; Du jansénisme (1751)

Quand on veut trop orner son esprit, on cache sa beauté.
Voltaire ; Stances, XXVIII (1775)

La raison est la fille du temps, et elle attend tout de son père.
Voltaire ; L'homme aux quarante écus (1768)

L'amitié d'un grand homme est un bienfait des dieux.
Voltaire ; Œdipe, le 18 novembre 1718.

Mieux vaut tard que mal, et cela en tout genre.
Voltaire ; Lettre à M. Collini, le 7 octobre 1762.

La grande affaire et la seule qu'on doive avoir, c'est de vivre heureux.
Voltaire ; Lettre à Mme la présidente de Bernière (1722)

Les hommes semblent être des ballons que la main du sort pousse sans cesse et d'une manière irrésistible : nous faisons deux ou trois bonds, les uns sur du marbre, les autres sur du fumier, et puis nous disparaissons à jamais. Tout bien calculé, voilà notre lot.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

L'intérêt à croire une chose n'est pas une preuve de l'existence de cette chose.
Voltaire ; Les remarques sur les pensées de Pascal (1728)

Retranchez de treize années qui vous restent à vivre le temps du sommeil, et de celui de l'ennui, c'est au moins la moitié : reste six ans et demi que vous passez dans le chagrin, les douleurs, quelques plaisirs et l'espérance.
Voltaire ; L'homme aux quarante écus (1768)

Annoncer des vérités, proposer quelque chose d'utile aux hommes, c'est une recette sûre pour être persécuté.
Voltaire ; Observations sur Mrs Jean Law, Melon, et Dutot (1738)

En lisant pour la première fois un bon livre, on doit éprouver le même plaisir que si l'on faisait un nouvel ami : relire un livre qu'on a lu, c'est un ancien ami qu'on revoit.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

Si les lois pouvaient parler, elles se plaindraient d'abord des gens de loi.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

Nous jugeons les ministres comme le parterre juge un opéra, sans savoir la musique.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

Un bon livre défendu est un feu sur lequel on marche et qui jette au nez des étincelles.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

La science de la cour est comme la chirurgie, qui s'apprend par les blessures des autres.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

Les bienfaits sont un feu qui n'échauffe que de près.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)

La plupart des livres sont comme les gazettes qui ne valent plus rien l'ordinaire suivant.
Voltaire ; Les pensées philosophiques (1862)