François Mauriac (2)

Les citations de François Mauriac :

Avoir la foi, c'est croire à ce qu'on ne voit pas, c'est aimer ce qu'on ne sent pas.
François Mauriac ; Ce que je crois (1962)
Il faut que la vieillesse soit sainte, sinon elle est obsédée.
François Mauriac ; Ce que je crois (1962)
Comme on dit « faire l'amour », il faudrait pouvoir dire « faire la haine ».
François Mauriac ; Le Sagouin (1951)
C'est bon de faire la haine, ça repose, ça détend.
François Mauriac ; Le Sagouin (1951)
On ne peut rien dire dès qu'on ne peut tout dire.
François Mauriac ; Le désert de l'amour (1925)
Le véritable amour n'est pas aveugle, il est lucide.
François Mauriac ; Le bâillon dénoué (1945)
Quelle puissance de mensonge l'amour développe en nous !
François Mauriac ; Thérèse Desqueyroux (1927)
On n'aime plus personne quand on aime.
François Mauriac ; La vie de Jean Racine (1928)
Rien n'est jamais acquis une fois pour toutes avec les êtres, ni en amour, ni en amitié.
François Mauriac ; La Pharisienne (1941)
La trahison en ce monde est le pain quotidien.
François Mauriac ; Journal intime (1937)
S'il faut être deux pour s'aimer, il faut être deux aussi pour ne plus s'aimer.
François Mauriac ; Discours à l'Académie française, le 16 novembre 1933.
Une belle vie, c'est celle qui commence par l'amour et qui finit par l'amour.
François Mauriac ; D'un Bloc-notes à l'autre (1952-1969)
Il faut s'aimer sans complications, sans drames.
François Mauriac ; Le mal (1924)
Aimer les corps, ce n'est pas aimer les êtres.
François Mauriac ; Nouveaux mémoires intérieurs (1964)
L'amour veut l'amour, il souffre s'il n'est aimé.
François Mauriac ; Lacordaire (1976)
Croire en Dieu, c'est le posséder ; l'aimer, c'est vivre de lui et pour lui.
François Mauriac ; D'un Bloc-notes à l'autre (1952-1969)
S'aimer, c'est d'abord se comprendre.
François Mauriac ; Le nouveau bloc-notes (1965-1967)
Le meilleur que nous puissions attendre des hommes, c'est l'oubli.
François Mauriac ; Le nouveau bloc-notes (1965-1967)
L'amour incertain a besoin du renfort de la haine et devient un amour polémique.
François Mauriac ; Le nœud de vipères (1932)
Le péché qui tue l'âme, repétrit le corps à son affreuse ressemblance.
François Mauriac ; Souffrances et bonheur du chrétien (1931)
Les êtres nous deviennent supportables dès que nous sommes sûrs de pouvoir les quitter.
François Mauriac ; Thérèse Desqueyroux (1927)
La peur est le commencement de la sagesse.
François Mauriac ; Thérèse Desqueyroux (1927)
Je n'aime rien autant que d'aimer et d'être aimé.
François Mauriac ; Nouvelles lettres d'une vie (1906-1970)
Heureux ceux qui sont lents, parce qu'ils possèdent la terre.
François Mauriac ; Journal intime (1937)
L'habitude commence avec le premier acte.
François Mauriac ; Dialogue d'un soir d'hiver (1921)

Autre rubrique à découvrir :