Louis-Auguste Martin (2)

Les meilleures citations de Louis-Auguste Martin :

Il y a la présence d'esprit, éclair d'intelligence qui fait tout à coup jaillir une vérité que la réflexion la plus lente n'eût point trouvée. Les hommes doués de cet esprit primesautier, comme l'appelle Montaigne, ont toujours tout prêts des arguments pour déconcerter les objections ; c'est le grand ressort de l'éloquence improvisée, par lequel on confond un adversaire sous des arguments inattendus et rapidement jetés, et par lequel aussi on enlace tout un auditoire dans une trame de paroles ingénieusement ourdies.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'esprit ne vieillit pas ; si les sentiments affectueux se refroidissent avec l'âge, l'esprit au contraire gagne et prend des forces en avançant.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'esprit est essentiellement variable ; il s'exerce sur les choses les plus frivoles comme sur les choses les plus sérieuses ; il tire parti même d'un langage commun, comme un bon musicien ferait d'un médiocre instrument, mais il est surtout léger, papillonnant et paradoxal.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'esprit est une heureuse disposition qui nous fait saisir promptement les rapports, et tirer des conséquences immédiates : c'est l'application avec tact et à-propos de nos ressources intellectuelles. Il donne aux œuvres d'imagination leurs tours saillants et animés ; il fait trouver au savoir les traits ingénieux et vifs qui relèvent ses résultats.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'espérance a besoin d'être cultivée comme une fleur qui promet un beau fruit ; la bise encore froide, et le soleil déjà trop chaud pouvant la faire tomber avant le terme, goûtons-en le parfum sans trop la presser ; qu'elle soit comme une douce compagne de nos pensées, et un stimulant à nos actions.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'espérance est la possession entrevue d'un objet désiré, c'est l'attente d'un événement heureux. Présente à tous les cœurs, elle les nourrit d'images rassurantes ; étoile semée sur la route pour égayer le voyage, phare lointain qui promet le port, elle déride les soucis du présent, colore l'avenir de teintes roses, et fait, par anticipation, jouir l'âme de ce que la main ne touche pas encore.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'homme est toujours esclave, sinon de ses semblables, au moins des événements, de ses propres passions, de l'habitude même qui lui forge une chaîne d'un besoin factice, enfin de tous les obstacles qui heurtent ses pas, de toutes les entraves opposées à ses désirs.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'ignorance aveugle des masses est une cause d'oppression. Il est facile de leur imposer par des actions d'éclat, par le prestige de victoires même infructueuses, par un renom célèbre, et aussi par de fausses promesses de bien-être ; alors elles acceptent le joug, non par goût de la servitude, mais comme moyen de salut et de profit.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

La servitude n'est pas seulement un malheur, c'est un opprobre ; car c'est l'abdication de toute dignité, de tout honneur.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

Beaucoup d'hommes prennent leur parti de l'arbitraire et du despotisme parce qu'ils n'en souffrent pas dans leur bien-être matériel ; un grand nombre même, profitant des abus et des exactions inséparables du pouvoir absolu, proclament l'excellence d'une autorité qui fait taire toute clameur, et, au milieu des festins impériaux, se couronnent de roses pour cacher la rougeur de leurs fronts.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

Les peuples comme les individus s'endorment quelquefois sous l'oppression, quand des mœurs efféminées, une civilisation corrompue leur font des bras débiles et un cœur amolli ; alors ils préfèrent le calme honteux d'un joug doré à la garde soucieuse d'une fière indépendance.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

Esclave, vous descendez de l'état d'homme à celui d'être insensible et brute, classé, parqué, étiqueté comme un tronc d'arbre arraché à la forêt, et placé à son rang dans le bûcher du maître.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

L'esclave, attelé comme une brute aux caprices d'un autre homme, il est son cheval pour traîner son char, son bœuf pour labourer sa terre, son chien pour suivre tous ses pas, son instrument pour apprêter sa nourriture, confectionner ses vêtements, approprier sa demeure ; en un mot, il cesse d'être un homme, et devient une machine.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

Il y a des choses haïssables en elles-mêmes qui, par leur imperfection, leur difformité, nuisent à l'harmonie générale ; il y a des personnes qui excitent notre aversion à cause de leurs vices, bien que ces vices ne nous atteignent pas, mais ils froissent la morale universelle. On peut même n'en vouloir qu'à un détail, et chérir l'ensemble, être l'ami d'un homme pour ses qualités, son adversaire pour ses défauts.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

Si la victoire se prononçait infailliblement pour la justice ; si la guerre était un recours extrême dont les résultats détermineraient à coup sûr la part et les droits de chacun ! Mais non, les chances de la guerre sont soumises aux circonstances de temps, de lieu, à des rencontres imprévues, enfin à tous les caprices du hasard aveugle et incertain ; le plus souvent c'est l'habileté qui l'emporte sur la justice.
Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855)

Autre rubrique à découvrir :