Jean Louis Auguste Commerson

Biographie :

Jean Louis Auguste Commerson

Auteur dramatique, écrivain et journaliste français né le 29 mars 1802 à Paris, Jean Louis Auguste Commerson est mort le 24 juillet 1879 dans sa vie natale. Spécialiste du calembour et du canard journalistique, il est l'auteur de nombreux ouvrages humoristiques, dont Les pensées d'un emballeur (1851), Un million de bouffonneries (1854), Le Petit Tintamarre (1857) La petite encyclopédie bouffonne (1860) et Un million de chiquenaudes et menus propos tirés de la Gazette de Merluchon (1880).

Les 269 citations de Jean-Louis Commerson :

La vie est une fleur qui pousse chez le riche comme chez le pauvre. Le premier l'arrose avec du champagne, le second avec des pleurs.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un fils est un filou donné par la nature.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Dans le monde on parle souvent de la conscience, mais la conscience ne parle pas souvent.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Se nourrir d'illusions, c'est mettre son esprit à la diète.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le plus beau point de vue, c'est un coup de poing sur l'œil.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vérité est ce qu'une femme simule et dissimule le mieux.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Il y a quelque chose de plus irritant qu'une prise de tabac, c'est une prise de corps.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

On prétend que quand on sème c'est pour recueillir, moi je trouve que quand on s'aime c'est pour dépenser.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Aimer d'amour, c'est semer de la graine de malheur dans le champ de l'existence.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Épouser une vieille maîtresse, c'est mettre en hachis les restes d'un vieux gigot.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour est la lampe qui illumine la vie, le mariage en est la veilleuse.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je ne connais pas de preuve de fraternité plus sublime que de manger le nez de son semblable.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'homme est un cigare que l'amour allume et que la femme fait fumer.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour est une lampe que le cœur allume, que l'indifférence éteint, et que la passion rallume, jusqu'au jour où la vieillesse vient souffler dessus.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'inconstance est le pompier qui éteint les feux de l'amour.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le soleil luit pour tout le monde, excepté pour ceux qui sont à l'ombre.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le moins coûteux de tous les vices, c'est l'ingratitude.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Il vaut mieux être en train de faire son chemin que d'être en train de chemin de fer.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Dans le chemin de la vie, la misère tient lieu de macadam ; la fortune, de trottoir.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La réalité est le corbillard des illusions.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La gloire et la fortune sont les fauteuils de l'esprit sur lesquels on aime à se bercer.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vie est une paire de bottes qui nous chausse alternativement la bonne fortune et le guignon.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

On a souvent besoin d'un coup de main, rarement d'un coup de pied.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le joug des passions est un tapis qu'il ne faut pas secouer par la fenêtre.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le désir est une pendule qu'il est bien difficile de régler.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)