Jean Louis Auguste Commerson

Biographie :

Jean Louis Auguste Commerson

Auteur dramatique, écrivain et journaliste français né le 29 mars 1802 à Paris, Jean Louis Auguste Commerson est mort le 24 juillet 1879 dans sa vie natale. Spécialiste du calembour et du canard journalistique, il est l'auteur de nombreux ouvrages humoristiques, dont Les pensées d'un emballeur (1851), Un million de bouffonneries (1854), Le Petit Tintamarre (1857) La petite encyclopédie bouffonne (1860) et Un million de chiquenaudes et menus propos tirés de la Gazette de Merluchon (1880).

Les 277 citations de Jean-Louis Commerson :

Les femmes aiment mieux qu'on froisse leur robe que leur amour-propre.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour sans argent ressemble à une botte vernie sans semelle.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Pour obtenir le droit de déshabiller certaines femmes, il faut d'abord faire les frais de leur toilette.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'épouserais plus volontiers une petite femme qu'une grande, par cette raison que de deux maux il faut choisir le moindre.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La grâce est à la beauté ce que l'asticot est à la ligne du pêcheur : sans lui point de goujons, sans elle point de conquêtes.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Il est plus facile de détacher son collet d'habit que son cœur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le cœur d'une honnête femme est un salon dans lequel il n'est permis de pénétrer qu'après avoir fait antichambre.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour est un torrent qu'on arrête souvent en lui creusant un lit.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Deux mains dans les poches valent mieux qu'une seule dans la culotte de sa voisine.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Par ce temps d'incertitude, il vaut mieux nager dans l'abondance que dans la Seine.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vie est une fleur qui pousse chez le riche comme chez le pauvre. Le premier l'arrose avec du champagne, le second avec des pleurs.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un fils est un filou donné par la nature.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Dans le monde on parle souvent de la conscience, mais la conscience ne parle pas souvent.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Se nourrir d'illusions, c'est mettre son esprit à la diète.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le plus beau point de vue, c'est un coup de poing sur l'œil.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vérité est ce qu'une femme simule et dissimule le mieux.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Il y a quelque chose de plus irritant qu'une prise de tabac, c'est une prise de corps.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

On prétend que quand on sème c'est pour recueillir, moi je trouve que quand on s'aime c'est pour dépenser.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Aimer d'amour, c'est semer de la graine de malheur dans le champ de l'existence.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Épouser une vieille maîtresse, c'est mettre en hachis les restes d'un vieux gigot.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour est la lampe qui illumine la vie, le mariage en est la veilleuse.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je ne connais pas de preuve de fraternité plus sublime que de manger le nez de son semblable.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'homme est un cigare que l'amour allume et que la femme fait fumer.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour est une lampe que le cœur allume, que l'indifférence éteint, et que la passion rallume, jusqu'au jour où la vieillesse vient souffler dessus.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'inconstance est le pompier qui éteint les feux de l'amour.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)