Marie-Thérèse Rodet Geoffrin.

Sa biographie :

Marie-Thérèse Rodet Geoffrin

Salonnière française née le 26 juin 1699 à Paris, Marie-Thérèse Rodet Geoffrin est morte le 6 octobre 1777 dans sa ville natale. Femme d'esprit, issue de la petite bourgeoisie, sa grand-mère lui apprit l'art de la conversation. Frappée d'hémiplégie, Madame Geoffrin fut inhumée en l'Église Saint-Roch de Paris dont il ne reste plus aucune trace de sa tombe aujourd'hui.

Découvrez sa biographie complète sur Wikipédia.

Les 23 citations de Marie-Thérèse Rodet Geoffrin :

Les demandeurs sont toujours moins intéressants que les défendeurs.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 6 décembre 1767.

Les personnes qui méritent de vrais amis sont rares.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 20 septembre 1767.

Quand on a du temps devant soi, il faut avoir le courage d'entreprendre.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 7 décembre 1764.

Qui s'abaisse soi-même ne craint point d'être abaissé par autrui.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

La brièveté de la vie doit nous faire regarder le journalier comme un objet considérable.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 3 août 1767.

Il vaut mieux se dédire que de se détruire.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 7 juin 1767.

Plus l'espace qu'on occupe est petit, plus il est naturel de chercher à l'agrandir.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 15 janvier 1767.

L'insolence et l'ingratitude sont deux vices bien communs, mais quand on les éprouve, il est bien difficile d'être insensible.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 3 février 1766.

Il n'y a point d'amitié sans confiance, et la confiance, quand elle est partagée entre plusieurs, cesse d'être une confiance, elle n'est plus d'aucune utilité à la personne qui la multiplie et devient offensante pour ceux entre qui on l'a partagée.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 29 janvier 1766.

Il ne faut pas rabâcher trop longtemps sur les choses où il n'y a plus de remède.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 21 décembre 1765.

L'humeur rend injuste, et fait presque toujours prendre des partis dont on se repent.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 7 octobre 1765.

Il y a bien peu de gens en ce monde à qui les conseils profitent.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 24 octobre 1764.

Le temps qui est notre ami dans la jeunesse devient notre ennemi dans la vieillesse.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

Tenez-vous toujours en garde contre les flatteurs qui vont entourent.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 24 octobre 1764.

Mon cœur s'élance vers vous et mon corps a envie de le suivre.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Lettre à Stanislas II Auguste, le 24 octobre 1764.

Le temps tue l'erreur et fait vivre la vérité.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

La vérité est la lumière de l'esprit.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

La modestie n'est modestie qu'en raison des grands avantages qu'on lui sacrifie.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

L'hypocrisie et l'égoïsme sont les plus odieux des vices.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

Le travail est le meilleur des remèdes contre l'ennui.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

Il n'y a pas d'autre avarice que celle du temps.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

L'abandon dans la vieillesse est le sort de l'égoïste.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

Ne laissez pas croître l'herbe sur le chemin de l'amitié.
Marie-Thérèse Rodet Geoffrin ; Les maximes et pensées (1699-1777)

Autre rubrique à découvrir :