Phèdre

Biographie :

Phèdre

Fabuliste latin d'origine thrace, affranchi de l'empereur Auguste, né autour de 14 av. J.-C., Phèdre serait mort vers 50 ap. J.-C.

Les 28 citations de Phèdre :

On ne retourne pas de bon cœur où l'on s'est trouvé mal.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Les menteurs n'évitent guère la punition de leurs méfaits.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

L'adresse l'emporte toujours sur la force.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Ce qu'on méprise est souvent plus utile que ce que l'on vante.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Quiconque s'est fait connaître par de honteux mensonges perd toute créance lors même qu'il dit la vérité.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Supportez vos maux de peur qu'il ne vous en arrive de pires.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Il n'y a pas de rang ni de fortune qui puisse racheter de basses inclinations.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Celui qui ne peut supporter son infortune prendra aisément patience s'il fait attention aux peines des autres.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Les jeux d'esprit ne sont bons que quand ils sont modérés, s'ils passent les bornes ils cessent de plaire.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Il est bien plus convenable de pardonner à celui qui a fait une faute sans intention qu'à celui qui l'a commise de dessein prémédité.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

L'envie, qui cherche toujours à mordre, épargne beaucoup plus le mérite des anciens que celui des modernes.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Il est dangereux à un homme du peuple de murmurer et de se plaindre publiquement.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Celui qui secourt les méchants n'est pas longtemps à s'en repentir.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Il faut se réjouir avec modération, et se plaindre avec mesure, parce que toute la vie est mêlée de chagrin et de joie.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Il ne faut pas que l'honnête homme ait le moindre rapport d'intérêt avec un fripon.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

L'amour-propre nous empêche de voir nos défauts, mais à la première faute que nous voyons faire aux autres, nous nous érigeons en censeurs de leur conduite.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Si nous avons méprisé quelqu'un, il faut nous attendre à la pareille.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Donnez du relâche à votre esprit, et du repos à votre corps, afin de revenir plus vigoureux à vos fonctions ordinaires.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Plus l'état d'un homme est obscur, moins il a à craindre.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Il n'y a rien qui ne succombe sous la force jointe à la méchanceté.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Quand il y a division entre les grands, les petits en souffrent toujours.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Il arrive souvent qu'un sot, en voulant plaisanter, pique vivement les autres, et se fait de mauvaises affaires.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Celui qui est libéral contre sa coutume, se concilie aisément les sots, mais c'est en vain qu'il tend ses pièges à des gens d'esprit.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Quand un homme a perdu tout ce qui imposait à la multitude, dans son malheur il se voit encore le jouet de ce qu'il y a de plus lâche et de plus méprisable.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Celui qui s'est fait connaître une fois par quelque fourberie mérite qu'on ne le croie pas, même quand il dit la vérité.
Phèdre ; Fables - Ier s. ap. J.-C.

Autre rubrique à découvrir :