Victor Hugo (3)

Les citations de Victor Hugo :

Tout solitaire devient un philosophe naturel.
Victor Hugo ; Les travailleurs de la mer (1866)

Un hypocrite est un patient dans la double acceptation du mot ; il calcule un triomphe et endure un supplice.
Victor Hugo ; Les travailleurs de la mer (1866)

L'argot est la langue de la misère.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

L'argot, c'est la langue des ténébreux.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

La paresse est mère : elle a un fils, le vol, et une fille, la faim.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

Si la nature s'appelle providence, la société doit s'appeler prévoyance.
Victor Hugo ; Les misérables (1862)

L'art, c'est le relief du beau au-dessus du genre humain.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

La rêverie est la vapeur de la pensée.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

Un sot est un imbécile dont on voit l'orgueil à travers les trous de son intelligence.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

Il est bon d'être ancien, et mauvais d'être vieux.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

La raison, c'est l'intelligence en exercice ; l'imagination, c'est l'intelligence en érection.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

Lire, c'est boire et manger ; l'esprit qui ne lit pas maigrit comme le corps qui ne mange pas.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

Le hasard bavarde ; le génie écoute.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

Les maîtres d'écoles sont des jardiniers en intelligences humaines.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

Tout bruit écouté longtemps devient une voix.
Victor Hugo ; Faits et croyances (1840)

La volonté ne peut se manifester que par des actions.
Victor Hugo ; Littérature et philosophie mêlées (1834)

Un père ne peut s'empêcher de craindre pour son fils.
Victor Hugo ; Littérature et philosophie mêlées (1834)

Un jaloux ne peut s'empêcher d'être jaloux.
Victor Hugo ; Littérature et philosophie mêlées (1834)

La mémoire est la tourmenteuse des jaloux.
Victor Hugo ; Notre-Dame de Paris (1831)

La vie est une phrase interrompue.
Victor Hugo ; Philosophie prose (1835-1840)

Le suicide est un bris de prison.
Victor Hugo ; Philosophie prose (1835-1840)

Le premier des bons ménages est celui qu'on fait avec sa conscience.
Victor Hugo ; Philosophie prose (1835-1840)

Qui a bu, boira ; qui a lu, lira.
Victor Hugo ; Philosophie prose (1835-1840)

L'instinct, c'est l'âme à quatre pattes ; la pensée, c'est l'esprit debout.
Victor Hugo ; Philosophie prose (1835-1840)

La politesse et la courtoisie sont romantiques.
Victor Hugo ; Lettre au rédacteur de la gazette de France, le 10 août 1824.