Nicolas Boileau (2)

Les citations de Nicolas Boileau :

Ami de la vertu plutôt que vertueux.
Nicolas Boileau ; Épître X, À mes vers (1695)
En ce monde il n'est point de parfaite sagesse.
Nicolas Boileau ; Satire IV, À M. l'abbé Le Vayer (1664)
Voulez-vous du public mériter les amours ? Sans cesse en écrivant variez vos discours.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, I (1674)
L'homme en ses passions toujours errant sans guide, a besoin qu'on lui mette le mors et la bride.
Nicolas Boileau ; Satire X, Les femmes (1693)
Le plus fou souvent est le plus satisfait.
Nicolas Boileau ; Satire IV, À M. l'abbé Le Vayer (1664)
Il n'est point de repos, ni de paix, avec une coquette.
Nicolas Boileau ; Satire X, Les femmes (1693)
Mieux vaut souffrir son secret que de le dévoiler.
Nicolas Boileau ; Satire X, Les femmes (1693)
On ne peut toujours travailler, prier, lire ; mais mieux vaut s'occuper à jouer qu'à médire.
Nicolas Boileau ; Satire X, Les femmes (1693)
Qui t'aime le matin, te hait le soir.
Nicolas Boileau ; Satire X, Les femmes (1693)
Qui veut, vingt ans après le sacrement, exiger d'un mari le respect d'un amant ?
Nicolas Boileau ; Satire X, Les femmes (1693)
C'est peu d'être poète : il faut être amoureux.
Nicolas Boileau ; L'art poétique (1674)
Dans l'art dangereux de rimer et d'écrire, il n'est point de dégrés du médiocre au pire.
Nicolas Boileau ; L'art poétique (1674)
Heureux qui dans ses vers fait d'une voix légère, passer du grave au doux, du plaisant au sévère.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, I (1674)
Qu'est-ce que la sagesse ? Une égalité d'âme que rien ne peut troubler.
Nicolas Boileau ; Satire VIII, À M. M*** docteur de Sorbonne (1667)
L'homme, il va du blanc au noir, il condamne au matin ses sentiments du soir.
Nicolas Boileau ; Satire VIII, À M. M*** docteur de Sorbonne (1667)
Quiconque est riche est tout ; sans sagesse, il est sage.
Nicolas Boileau ; Satire VIII, À M. M*** docteur de Sorbonne (1667)
L'or même à la laideur donne un teint de beauté ; mais tout devient affreux avec la pauvreté.
Nicolas Boileau ; Satire VIII, À M. M*** docteur de Sorbonne (1667)
L'argent en honnête homme érige un scélérat.
Nicolas Boileau ; Épître V, À M. De Guilleragues (1674)
C'est l'erreur que je fuis, c'est la vertu que j'aime.
Nicolas Boileau ; Épître V, À M. De Guilleragues (1674)
La vertu se contente, et vit à peu de frais.
Nicolas Boileau ; Épître V, À M. De Guilleragues (1674)
Hâtons-nous ; le temps fuit, et nous traîne avec soi.
Nicolas Boileau ; Épître à M. Arnault (1673)
Le plus sage est celui qui ne pense point l'être.
Nicolas Boileau ; Satire IV, À M. l'abbé Le Vayer (1664)
L'homme le moins sage croit toujours avoir la sagesse.
Nicolas Boileau ; Satire IV, À M. l'abbé Le Vayer (1664)
Qui toujours parle, et ne dis jamais rien ; il en est des milliers, dont ma bouche se lasse.
Nicolas Boileau ; Satire X, Les femmes (1693)
La pédante, celle qui parle, et jamais ne dit rien.
Nicolas Boileau ; Satire X, Les femmes (1693)
Il est certains esprits dont les sombres pensées sont d'un nuage épais toujours embarrassées.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, I (1674)
Ainsi qu'en sots auteurs, notre siècle est fertile en sots admirateurs.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, I (1674)
Un cœur noble ne s'applaudit point des qualités d'autrui.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)
La mollesse amène la fausse vanité.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : polissez-le sans cesse et le repolissez.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, I (1674)