Jean-Louis-Auguste Commerson.

Les proverbes et citations de Jean-Louis-Auguste Commerson :

Une femme sans corset est un bastion démantelé.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'âme d'une femme entre deux âges est une éponge desséchée au feu de l'abstinence.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Mon propriétaire m'aigrit et engraisse à vue d'œil.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je n'aime pas la laideur mais j'aime la salade; et pourtant si la laideur repousse, la salade aussi.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

La prudence est le parapluie qui garantit l'homme des averses du malheur.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

La jalousie est un binocle à travers lequel nous voyons tout en jaune.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Pour les femmes qui se marient avec de vieux hommes riches, le mariage est un omnibus dans lequel, à peine assises, elles voudraient une correspondance pour l'allée des Veuves.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le cœur d'une coquette est une corde à puits, où les seaux restent suspendus jusqu'à ce qu'ils soient enfoncés.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Dormir, c'est faire antichambre dans le palais de la Mort.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

D'un chapeau neuf, j'aime mieux m'en parer que m'emparer du chapeau d'autrui.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Se confesser, c'est balayer son âme.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

La perversité est la paire de sabots qui aide à marcher dans le chemin du crime.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vie est une barque dont l'homme est le rameur.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un bossu est, à mon sens, un chameau dégénéré.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vertu est un colifichet dont une femme aime à se parer.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un patron est un cauchemar donné par le besoin.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je me défie toujours des femmes qui portent des caleçons : c'est la pudeur avec une enseigne.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'ignorance est l'inanition de l'esprit.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le mariage, c'est de l'ennui à deux.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

La dot est la raison du mariage, l'amour en est le prétexte.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je fais plus usage du thé au rhum que du théorème.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Les amis de nos amis sont nos amis, disent les hommes. — Les amis de nos amants sont nos amants, disent les femmes.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je me méfie de l'aristocratie anglaise : Tout ce qui reluit n'est pas lord.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

La lune est une vagabonde, elle ne fait que changer de quartier.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Les habits et les amis peuvent toujours se raccommoder.
Jean-Louis-Auguste Commerson ; La petite encyclopédie bouffonne (1860)

Autre rubrique à découvrir :