Origine et signification d'un proverbe

Sommaire :

Le dictionnaire des proverbes français

Qui ne s'est jamais posé la question suivante : Que veut dire ce proverbe ? ou demandé de l'aide sur un forum ou à un ami ? Pour vous aider, découvrez l'origine ainsi que la définition et la signification de quelques proverbes français extraits d'anciens dictionnaires.

Définition et origine d'un proverbe :

Coeur ne peut mentir.
Origine : Proverbia vulgalia et latina ; manuscrit du XIIIe s., Paris, Bibl. nat.
Explication : Ce proverbe français est utilisé dans le sens Ce que le coeur dicte ne peut être mauvais. Citons ce proverbe de Molière de l'an 1666 : C'est le coeur qui fait tout.

Dès que les bêtes sont en nombre, l'homme d'esprit n'est plus qu'un sot.
Origine : Antoine-Pierre Dutramblay ; Apologues, V, XXI (1810).
Explication : La signification de ce proverbe est liée à l'influence du milieu. En fonction des individus que nous côtoyons, notre comportement peut être totalement différent.

Fais ce que dois, ce que tu dois, advienne que pourra.
Origine : Manuscrit de 1456, Paris, Bibl. nat.
Explication : Il faut remplir son devoir, agir en conséquence sans en espérer une récompense. Ce proverbe fut pris pour devise par le cardinal de Givry et la famille La Rochefoucauld.

Il ne faut point se déshabiller avant de se coucher.
Origine : Dictionnaire de l'Académie française (1762).
Explication : Il ne faut pas faire avant sa mort un abandon total de sa fortune. C'est-à-dire, se dépouiller de la totalité de ses biens avant d'être mort.

Il n'est chasse que de vieux chiens.
Origine : Nicolas de Cholières ; les Matinées, VII (1585).
Le voici en vieux françois Il nest chasse que de vieulx chiens.
Explication : Dans ce proverbe les vieux chiens sont cités pour leur expérience. L'expérience de l'âge nous permet d'accomplir plus facilement certaines choses dans la vie.

Il n'y a si méchant pot qui ne trouve son couvercle.
Origine : Antoine Oudin ; Curiosités françoises (1640).
Explication : L'origine et la signification de ce proverbe date du XVIIe siècle. Il était utilisé quand une fille laide ne trouvait pas de mari et n'arrivait pas à se marier.

La poule ne doit point chanter devant le coq.
Origine : Molière ; Les femmes savantes, V, 3.
Explication : La signification de ce proverbe est qu'une femme ne doit prendre la parole que lorsque son mari a parlé. Devant était autrefois préposition de temps.

Ne mettez pas la lumière sous le boisseau.
Origine : Évangile selon Saint Marc.
Explication : Partageons nos connaissances et notre savoir. Aux yeux de Dieu, c'est un devoir pour l'homme de ne pas garder seulement pour lui, mais de rendre publiques les vérités qui peuvent être utiles à ses semblables.

Où la chèvre est attachée, il faut qu'elle broute.
Origine : Guillaume Bouchet ; les Sérées, III (1598).
Explication : Il faut apprendre à évoluer et vivre dans le milieu dans lequel nous sommes, même par obligation.

Plus fait douceur que violence.
Origine : Jean de La Fontaine ; Phébus et Borée (1668).
Explication : Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage. On obtient plus aisément ce que l'on souhaite par la douceur que par la force.

Un barbier rase l'autre.
Origine : Antoine Oudin ; Curiosités françoises (1640).
Explication : À l'origine, la signification de ce proverbe est utilisée par parler d'entraide. Citons aussi ce proverbe belge Entre ménétriers, on se doit une dance.

Un homme averti en vaut deux.
Origine : Dictionnaire de l'Académie française (1762).
Explication : Un homme est bien plus fort quand il a pris ses précautions. Quand vous êtes conscient d'un danger ou autre, il est plus aisé de l'éviter.

Bois tordu ne se redresse jamais.
Origine : Jean François Bladé ; Contes et proverbes populaires (1867).
Explication : Il ne faut pas perdre son temps à vouloir essayer de corriger les vices et les mauvaises habitudes prises par un vieillard. Mieux vaut mettre tous ses soins à orienter la jeunesse dans la bonne voie.

Il ne faut pas s'embarquer sans biscuit.
Origine : Antoine Dumont ; Traité de la prudence (1733).
Explication : Il ne faut jamais s'engager à l'aventure dans une entreprise quelconque sans avoir étudié à l'avance toutes éventualités d'échec et toutes possibilités de réussite propres à un projet afin d'en assurer le succès.

Bien perdu, bien connu.
Origine : Dictionnaire de l'Académie française (1762).
Explication : On ne connaît le véritable prix des choses que lorsqu'on ne les possède plus. Autrement dit, l'homme ne se rend compte de son bien-être physique ou moral que lorsqu'il a perdu les douceurs qu'il possédait.

Quand on est bien, il faut s'y tenir.
Origine : Dictionnaire de l'Académie française (1762).
Explication : L'homme passe sa vie entière à méconnaître le bien qu'il possède pour aspirer sans cesse au mieux. Un mieux qui n'est bien souvent que le fruit de son imagination, et qu'il ne saurait par conséquent atteindre.

Au pauvre la besace.
Origine : Antoine Caillot ; Dictionnaire proverbial (1826).
Explication : Les plus grandes charges retombent généralement sur les plus malheureux. La besace est un long sac ouvert en son milieu qui était utilisé par les mendiants et les pauvres pour recueillir leurs aumônes.

Deux têtes dans un même bonnet.
Origine : Antoine Caillot ; Dictionnaire proverbial (1826).
Explication : Un proverbe qui désigne deux personnes tellement unies par leurs opinions, leurs sentiments, leurs intérêts, que toutes leurs paroles sont comme si elles n'étaient conçues ou exprimées que par une seule.

En tout il faut considérer la fin.
Origine : Hérodote ; Histoires, I, 32 - Ve s. av. J.-C..
Explication : Un homme sage n'entreprend aucune affaire sans avoir sérieusement au préalable réfléchi, et sans chercher à en prévoir, du moins autant qu'il le peut, les conséquences probables ou possibles..

Il n'y a que les honteux qui perdent.
Origine : Philibert-Joseph Le Roux ; Dictionnaire proverbial - 1718.
Explication : La timidité ou la défiance de soi-même paralysent souvent les plus puissantes facultés et nuisent presque toujours au succès. La variante moderne est La fortune vient en aide à qui sait oser.

À force de forger on devient forgeron.
Origine : Proverbe latin médiéval.
Explication : Ce n'est que par un exercice fréquemment répété que l'on parvient à exceller dans telle profession. La pratique, pour être efficace, doit toujours être guidée par l'intelligence et soutenue par la réflexion.

Beauté sans bonté ne vaut rien.
Origine : Gabriel Meurier ; Trésor des sentences (1568).
Explication : Le principal écueil de la beauté est la vanité. Autrement dit, l'apparence physique ne vaut rien si la personne ne possède pas d'autres qualités. Variante moderne Beauté passe, bonté demeure.

Autres rubriques à découvrir :