Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues

Biographie :

Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues

Écrivain et moraliste français né le 5 août 1715 à Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône, Luc de Clapiers est mort le 28 mai 1747 à Paris. Contraint de quitter l'armée à vingt-huit ans, en 1743, après avoir eu les jambes gelées pendant la campagne de Bohème, Vauvenargues se réfugie dans l'étude et la méditation, puis consigne dans ses Réflexions et maximes (1746) sa conception de l'existence avant de mourir prématurément à l'âge de 31 ans.

Les 599 citations de Vauvenargues :

Pratiquons la vertu ; c'est tout ! Quiconque est grand par le cœur, puissant par l'esprit, a les meilleurs biens.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes (1746)

Mettez votre confiance dans votre courage et la ressource de votre esprit.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes (1746)

L'avare prononce en secret : Suis-je chargé de la fortune des misérables ? et il repousse la pitié qui l'importune.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes (1746)

Le mensonge n'est que la grossièreté des hommes faux, c'est la lie de la fausseté.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 686 (1746)

La vérité n'a point d'autre preuve de son existence que l'évidence.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 472 (1746)

L'espérance anime le sage, et leurre le présomptueux et l'indolent qui se reposent témérairement sur ses promesses.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 14 (1746)

Les espérances les plus ridicules ont été quelquefois la cause des succès extraordinaires.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 231 (1746)

La foi est la consolation des misérables, et la terreur des heureux.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 323 (1746)

L'amour-propre est le microscope qui grossit à nos yeux nos propres vertus et les défauts d'autrui.
Vauvenargues ; Pensées détachées (1746)

L'intérêt est la fin de l'amour-propre ; la générosité en est le sacrifice.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La droiture est une habitude des sentiers de la vertu.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

L'imposture est le masque de la vérité ; la fausseté, une imposture naturelle.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La bonté est un goût à faire du bien et à pardonner le mal.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

Le vrai courage est une des qualités qui suppose le plus de grandeur d'âme.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

L'humeur est une inégalité qui dispose à l'impatience.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La mollesse est une paresse voluptueuse.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La constance est une fermeté raisonnable dans nos sentiments.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La sagesse est la connaissance et l'affection du vrai bien.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La charité est un zèle de religion pour le prochain.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La prudence est une prévoyance raisonnable ; l'imprudence, tout le contraire.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La fidélité n'est qu'un respect de nos engagements.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La simplicité nous présente l'image de la vérité et de la liberté.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

La bonne foi est une fidélité sans défiance et sans artifice.
Vauvenargues ; Introduction à la connaissance de l'esprit humain (1746)

Il est plus aisé de dire des choses nouvelles que de concilier celles qui ont été dites.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 1 (1746)

L'esprit de l'homme est plus pénétrant que conséquent, et embrasse plus qu'il ne peut lier.
Vauvenargues ; Réflexions et maximes, 2 (1746)