Publilius Syrus (4)

Les citations de Publilius Syrus :

Un vieillard devrait se cacher et rougir, quand il commence à vivre au moment de mourir.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Devant la controverse et les cris de l'école, au bruit que font les sots la vérité s'envole.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Une corde, si bien qu'elle ait été tordue, doit finir par casser quand elle est trop tendue.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

À quoi bon les leçons et l'entretien d'un sage, si soi-même on n'a pas la sagesse en partage ?
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Toujours prêt à trahir, ce n'est pas sans raison, qu'un traître voit partout et craint la trahison.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Châtier les délits, c'est y porter remède : les laisser impunis c'est leur venir en aide.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le coupable supplie, implore ; l'innocent se révolte, et jamais à prier ne consent.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Il faut que notre sort soit des plus misérables pour n'inspirer la haine à nul de nos semblables.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Qui soutient un coupable est indigne d'excuse, et lui-même à son tour mérite qu'on l'accuse.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Rarement le caprice ou les rigueurs du sort, ont prise sur un cœur inébranlable et fort.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Pouvoir faire le mal avec toute licence, et ne le vouloir pas, est un mérite immense.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Ne dédaignez jamais, quel que soit votre rang, rien de ce qui pourrait vous faire encore plus grand.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Après avoir atteint le but qu'on se propose, revenir sur ses pas est une sotte chose.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

À toutes questions celui qui répondrait, serait ou par trop simple, ou par trop indiscret.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

On le blesse, plutôt que de le corriger, l'homme que malgré lui l'on prétend diriger.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Chacun de son bonheur est le maître, puisque l'on n'est heureux qu'autant qu'on le croit être.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Il faut pour être bon prendre exemple du bien, et non chercher à valoir un peu mieux qu'un vaurien.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Un front cicatrisé peut dédaigner l'outrage, quand cette cicatrice est le prix du courage.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Imprudente est la voix dont les accents réveillent, la douleur assoupie et les maux qui sommeillent.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Pour être un cran plus bas, moins grand que le plus grand, on peut très bien briller au second rang.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Le fourbe a beau mentir, il demeure impuissant, le jour où son mensonge accuse un innocent.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Il n'est pas fort aisé qu'un seul homme réponde, de garder un objet qui tente trop de monde.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Evitez, et surtout n'imitez pas celui, qui va porter sa faux dans la moisson d'autrui.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

Refuser vite à qui vous demande un service, c'est encore après tout lui rendre un bon office.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.

L'âme forte, aux assauts résiste avec fierté, et ne sait pas ployer devant l'adversité.
Publilius Syrus ; Sentences - Ier s. av. J.-C.