Pierre-Jules Stahl

Biographie :

Pierre-Jules Stahl

Éditeur et écrivain français connu sous le nom de plume de P.-J. Stahl, Pierre-Jules Hetzel est né le 15 janvier 1814 à Chartres, il est mort le 17 mars 1886 à Monte-Carlo.

Les 29 citations de Pierre-Jules Stahl :

Il y a des femmes qui peuvent vieillir impunément. Il semble que le temps ne puisse que les transfigurer et que la pureté de leur âme resplendisse d'un éclat plus doux encore, dans leurs dernières années, sur leur calme et beau visage. Jeunes, elles n'étaient que belles et dignes d'hommages ; vieilles, elles apparaissent peu à peu dans une auréole de majesté, et leur aspect commande aux plus légers le respect et la vénération.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Il n'y a de haines implacables que celles de l'amour.
Pierre-Jules Stahl ; Théorie de l'amour et de la jalousie (1853)

La jalousie est une maladie plus encore qu'une passion, car elle connaît les douleurs de la passion sans en connaître jamais les âcres voluptés. Maladie effrayante qui frappe toujours deux êtres à la fois, celui qui ressent le mal comme celui qui en est la cause innocente.
Pierre-Jules Stahl ; Théorie de l'amour et de la jalousie (1853)

La jalousie cherche son mal avec ce soin patient qu'un avare mettrait à chercher un trésor.
Pierre-Jules Stahl ; Théorie de l'amour et de la jalousie (1853)

L'amour, c'est le double respect de soi-même et de l'être qu'on aime.
Pierre-Jules Stahl ; Théorie de l'amour et de la jalousie (1853)

Si la femme que tu aimes n'est pas pour toi une créature immaculée, si dans tes rêves elle n'a pas la blancheur des séraphins, si tu ne lui vois pas d'ailes comme aux anges, si tu ne l'aimes pas jusqu'à l'adorer, si tu lui connais une tache, alors tu n'as pas d'amour pour elle.
Pierre-Jules Stahl ; Théorie de l'amour et de la jalousie (1853)

L'amour qui n'embellit pas l'âme n'est pas de l'amour.
Pierre-Jules Stahl ; Théorie de l'amour et de la jalousie (1853)

L'amour est le passe-temps le plus gai et le plus agréable de la jeunesse.
Pierre-Jules Stahl ; Pensées diverses (1882)

Pleurer une femme qui mérite qu'on la pleure, c'est le bonheur sur la terre.
Pierre-Jules Stahl ; Les bonnes fortunes parisiennes (1862)

La femme riche et vraiment honnête a de la pitié et non du dédain pour celle qui n'est ni l'un ni l'autre. Son cœur lui dit que la malheureuse qu'elle coudoie avec effroi dans la rue n'y est pas descendue pour son plaisir, n'y cherche et n'y trouve pas le bonheur, et que le chemin qu'elle y fait doit être plein de misères et de douleurs sans nom. Elle se dit qu'elle serait plus coupable devant Dieu si elle tombait, elle que tout a aidé dans la vie et à qui tout a souri, si elle tombait d'un degré seulement, que cette malheureuse qui, née souvent au fond de l'abîme, ne connaît que l'abîme, et y reste, sans trouver dans sa route une main pour l'aider à en sortir.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

La belle et noble vue que celle d'une honnête femme quand un bon sentiment la remue !
Pierre-Jules Stahl ; Pensées diverses (1882)

L'infidélité de l'homme détruit le bonheur conjugal, celle de la femme détruit le mariage lui-même : elle vicie son but et annule ses effets.
Pierre-Jules Stahl ; Pensées diverses (1882)

L'amour ne pardonne rien ou pardonne tout.
Pierre-Jules Stahl ; Pensées diverses (1882)

La folie chez les femmes n'a pas d'âge, ni la raison, elles sont folles ou sages dès le berceau.
Pierre-Jules Stahl ; Pensées diverses (1882)

Le genre humain ne trébuche, le monde ne tourne si souvent de travers que parce que dans sa route se trouve celte poussière de diamant, ce grain de sable, cet écueil, qu'on appelle une jolie femme.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Une jolie femme est à la fois plus jolie que le plus joli des animaux, y compris les oiseaux, et plus élégante, plus plaisante à l'œil, plus charmante que la plus charmante fleur.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Une femme que ne retiendrait aucun autre devoir que ceux que toute femme a envers elle-même, et qui, après avoir fait à un homme digne de son amour l'aveu qu'elle l'aime, se refuserait à lui, ne serait peut-être pas plus honnête que si elle se livrait tout entière, mais elle serait assurément plus sage.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

On peut s'attacher à un être vicieux, se lier à lui par les liens que forment d'un côté les sens, de l'autre la pitié, l'habitude, l'espoir de le ramener à une vie meilleure et de trouver des perles dans le fumier. Mais l'aimer de ce qui est l'amour, non. On n'aime que ce qu'on peut honorer.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

La femme la plus simple est plus diverse, plus compliquée, que la plus compliquée des machines.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Il y a des femmes laides qui semblent venues au monde pour être laides, et n'avoir jamais pensé qu'elles eussent pu ne pas l'être. Ce sont les meilleures. Celles-là seules sont exemptes d'envie et de regret. Si elles n'ont pas le douteux avantage de pouvoir devenir des femmes courtisées et légères, trompant un peu tout le monde et se trompant elles-mêmes, elles sont très propres à être de bonnes sœurs, des tantes parfaites, des amies dévouées, voire des mères exquises, et finissent, à force de se faire respecter, par se faire adorer.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

La laideur d'une femme est comme la tache du péché originel que l'eau de son baptême n'aurait pu laver et qui serait restée visible sur sa ligure. Elle ne peut s'en racheter que par la vertu et la bonté ; le vice laid est deux fois hideux. C'est la laideur de l'âme ajoutée à celle du corps.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Trop d'esprit peut faire faire à une femme bien des sottises. Trop de cœur ne peut guère lui faire faire que quelques-unes de ces adorables bêtises qui font d'une femme ce qu'on appelle une bête du bon Dieu.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Un homme d'esprit ne montre jamais son cœur tout entier. Une femme d'esprit en montre volontiers un peu plus qu'elle n'en a.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Une femme d'esprit a grande peine à être toujours et tout à fait bonne, quand elle y réussit, elle a un grand mérite.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Les femmes ont généralement de l'esprit. Il est assez rare d'en trouver qui en soient absolument dépourvues. Sur ce petit nombre, très peu s'en rendent compte, heureusement. Comme il est dans la nature des femmes de ne savoir point se passer de ce qui leur manque, celles-là essayent d'en avoir ; et, de simples bêtes qu'elles sont, elles passent sottes, et deviennent ainsi insupportables.
Pierre-Jules Stahl ; L'esprit des femmes et les femmes d'esprit (1855)

Autre rubrique à découvrir :