Paul Morand

Les 56 citations de Paul Morand :

Le monde est une vallée de pleurs, mais somme toute, bien irriguée.
Paul Morand ; Fermé la nuit (1923)

Ce n'est pas sur nos discours que les hommes nous jugent, c'est sur nos actes.
Paul Morand ; Tais-toi (1965)

La raison regrette souvent d'avoir eu raison contre le cœur.
Paul Morand ; Fouquet ou Le soleil offusqué (1961)

Voyager, c'est être infidèle : soyez-le sans remords, oubliez vos amis avec des inconnus.
Paul Morand ; Éloge du repos (1937)

Le grand mérite de la pudeur est de donner du prix aux caresses.
Paul Morand ; Journal d'un attaché d'ambassade (1916-1917)

Aucune femme ne veut être belle, mais toutes veulent être jolies.
Paul Morand ; L'allure de Chanel (1976)

Il est encore plus doux de caresser des projets que de caresser une femme.
Paul Morand ; L'homme pressé (1941)

Vous êtes belle comme la femme d'un autre.
Paul Morand ; Tendres stocks (1921)

Voyager, c'est tromper nos maîtresses avec des monuments.
Paul Morand ; Éloge du repos (1937)

L'amour est un hôte infidèle, qui passe, et ne nous revient pas.
Paul Morand ; Lettres à Lisette Haas (1908-1914)

L'amour de soi est père de la mélancolie.
Paul Morand ; Journal d'un attaché d'ambassade (1916-1917)

Neige au blé est bénéfice comme au vieillard chaude pelisse.
Paul Morand ; L'eau sous les ponts (1954)

Chien qui aboie ne mord pas.
Paul Morand ; Journal d'un attaché d'ambassade (1916-1917)

La femme : le vide attendant le plein.
Paul Morand ; Champions du monde (1930)

La science des instituts de beauté s'arrête aux paupières.
Paul Morand ; Champions du monde (1930)

Le repos de l'âme est auprès du trône de Dieu.
Paul Morand ; Monplaisir... en histoire (1969)

Hors de ma vue, hors de mon souvenir.
Paul Morand ; Isabeau de Bavière (1939)

Cœur sans mémoire est pur et sans vergogne.
Paul Morand ; Isabeau de Bavière (1939)

Constance engendre ennui et repentir.
Paul Morand ; Isabeau de Bavière (1939)

Brève est la vie et plus court le jeune âge.
Paul Morand ; Isabeau de Bavière (1939)

Ce qui nous arrive n'a de valeur que par ce que nous y mettons.
Paul Morand ; Lettres à Lisette Haas (1908-1914)

Jamais l'on ne goûte le bonheur comme quand on l'attend, si ce n'est quand on le regrette.
Paul Morand ; Lettres à Lisette Haas (1908-1914)

Le présent n'est beau que paré des grâces de l'espérance.
Paul Morand ; Lettres à Lisette Haas (1908-1914)

Amour qui brûle, amour qui tue.
Paul Morand ; L'eau sous les ponts (1954)

La peur est, avec l'amour, la plus puissante des émotions humaines.
Paul Morand ; Rond-point des Champs-Elysées (1935)