Paul Morand (2)

Les citations de Paul Morand :

L'amour est devenu une chose si ennuyeuse qu'on se met à plusieurs pour en venir à bout.
Paul Morand ; Lewis et Irène (1924)

Être jaloux, c'est avoir peur.
Paul Morand ; L'Europe galante (1926)

L'amour-propre, qui saigne toujours du coup qu'il a reçu, ne pardonne jamais.
Paul Morand ; Excursions immobiles (1944)

Je ne suis plus d'âge à pardonner une soirée perdue.
Paul Morand ; Journal d'un attaché d'ambassade (1916-1917)

S'en aller, c'est gagner son procès contre l'habitude.
Paul Morand ; Le voyage (1927)

Le métier des femmes, c'est d'extorquer aux hommes leur secret.
Paul Morand ; Tais-toi (1965)

Lire, écrire, c'est devoir ; voyager, c'est pouvoir.
Paul Morand ; Le voyage (1927)

Voyager, c'est demander d'un coup à la distance ce que le temps ne peut nous donner que peu à peu.
Paul Morand ; Éloge du repos (1937)

Les réputations se font sur les bonnes actions.
Paul Morand ; Tais-toi (1965)

Seuls les imbéciles s'imaginent qu'un génie est nécessairement un fou.
Paul Morand ; Monplaisir... en histoire (1969)

Avoir des ennemis n'est pas un luxe, c'est une nécessité.
Paul Morand ; Éloge du repos (1937)

Mieux vaut être fatigué par les plaisirs qu'être enlaidi par la sagesse.
Paul Morand ; Fermé la nuit (1923)

Mieux vaut peut-être la bêtise des peuples qui s'ignorent que la haine des gens qui se connaissent.
Paul Morand ; Rien que la Terre (1926)

Aimer, c'est se placer au cœur des choses.
Paul Morand ; Rococo (1933)

On pourrait vivre si heureux sans ce maudit argent.
Paul Morand ; Isabeau de Bavière (1939)

Les citations sont les béquilles des écrivains infirmes.
Paul Morand ; Journal inutile (2002)

Ma mère, c'est la cinquantaine épanouie dans l'égoïsme.
Paul Morand ; La folle amoureuse (1956)

Bien écrire, c'est le contraire d'écrire bien.
Paul Morand ; Venises (1971)

Si les ouvriers manquent de travail c'est plutôt faute d'imagination que faute de courage.
Paul Morand ; Londres (1933)

Le patient use toujours l'impatient.
Paul Morand ; L'homme pressé (1941)

La paresse est fille de la liberté.
Paul Morand ; Montociel, Rajah aux Grandes Indes (1947)

C'est savoir vivre que de savoir se reposer.
Paul Morand ; Londres (1933)

L'oisiveté exige tout autant de vertus que le travail.
Paul Morand ; Le réveille-matin (1936)

L'amour de l'argent, c'est physique ; cela s'attrape comme une maladie.
Paul Morand ; L'allure de Chanel (1976)

Que de temps perdu à gagner du temps !
Paul Morand ; Venises (1971)

Autre rubrique à découvrir :