Nicolas Boileau

Les 96 citations de Nicolas Boileau :

Il n'est esprit si droit qui ne soit imposteur et faux par quelque endroit.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)

Le faux est toujours fade, ennuyeux, languissant.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)

Un libertin, sans âme et sans foi, se fait de son plaisir une suprême loi.
Nicolas Boileau ; Satire IV, À M. l'abbé Le Vayer (1664)

Chacun pour soi-même est toujours indulgent.
Nicolas Boileau ; Satire IV, À M. l'abbé Le Vayer (1664)

Il faut dans la douleur que vous vous abaissiez.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, III (1674)

Gardez qu'un sot orgueil ne vous vienne enfumer.
Nicolas Boileau ; L'art poétique (1674)

Quand un homme est riche, il vaut toujours son prix.
Nicolas Boileau ; Satires, V (1665)

Qui vit content de rien possède toute chose.
Nicolas Boileau ; Épître V, À M. De Guilleragues (1674)

J'aime un esprit aisé qui se montre, qui s'ouvre, et qui plaît d'autant plus, que plus il se découvre.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)

Rien n'est beau que par la vérité.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)

Un esprit né chagrin plaît par son chagrin même.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)

Rarement un esprit ose être ce qu'il est.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)

Sans cesse on prend le masque, et quittant la nature, on craint de se montrer sous sa propre figure.
Nicolas Boileau ; Épître IX, Au marquis de Seignelay (1675)

La plupart, emportés d'une fougue insensée, loin du droit sens vont chercher leur pensée.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, I (1674)

Aimez donc la raison : que toujours vos écrits empruntent d'elle seule et leur lustre et leur prix.
Nicolas Boileau ; L'art poétique (1674)

La nature, fertile en esprits excellents, sait entre les auteurs partager les talents.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, I (1674)

On peut être à la fois et pompeux et plaisant, et je hais un sublime ennuyeux et pesant.
Nicolas Boileau ; L'art poétique, III (1674)

L'ambition, l'amour, l'avarice, ou la haine, tiennent comme un forçat son esprit à la chaîne.
Nicolas Boileau ; Satire VIII, À M. M*** docteur de Sorbonne (1667)

Le travail, aux hommes nécessaire, fait leur félicité plutôt que leur misère.
Nicolas Boileau ; Épître XI, À mon jardinier (1695)

Soutiens tout par toi-même, et vois tout par tes yeux.
Nicolas Boileau ; Discours au Roi (1665)

Pour chanter un Auguste, il faut être un Virgile.
Nicolas Boileau ; Discours au Roi (1665)

Le pénible fardeau de n'avoir rien à faire.
Nicolas Boileau ; Épître XI, À mon jardinier (1695)

L'homme ici-bas, toujours inquiet et gêné, est dans le repos même au travail condamné.
Nicolas Boileau ; Épître XI, À mon jardinier (1695)

Cessez de présumer dans vos folles pensées.
Nicolas Boileau ; Épître X, À mes vers (1695)

Ami de la vertu plutôt que vertueux.
Nicolas Boileau ; Épître X, À mes vers (1695)