Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (3)

Les citations de Molière :

Jouissons, jouissons des plaisirs innocents dont les feux de l'amour savent charmer nos sens.
Molière ; Les amants magnifiques (1670)

Les inclinations naissantes ont des charmes inexplicables.
Molière ; Dom Juan (1665)

Quand une femme a sa tête fantasque, on voit une tempête en forme de bourrasque.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

Les femmes ne valent pas le diable.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

La tête d'une femme est comme la girouette qui tourne au premier vent.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

La tête est comme le chef du corps, et que le corps sans chef est pire qu'une bête.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

La femme est, comme on dit, mon maître ; un certain animal difficile à connaître.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

La femme est toujours femme, et jamais ne sera que femme tant qu'entier le monde durera.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

La chair est fragile quelquefois, et une fille n'est ni caillou ni bois.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

Le mépris suit de près la faveur qu'on rejette.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

Un sot qui ne dit mot ne se distingue pas d'un savant qui se tait.
Molière ; Le dépit amoureux (1656)

Un jaloux est un monstre haï de tout le monde.
Molière ; Le Sicilien (1667)

La possession d'un cœur est fort mal assurée lorsqu'on prétend le retenir par force.
Molière ; Le Sicilien (1667)

La jalousie est un monstre odieux.
Molière ; Dom Garcie de Navarre (1660)

À force de sagesse, on peut être blâmable.
Molière ; Le Misanthrope (1666)

Un sage esprit s'accommode aux vices de son siècle.
Molière ; Dom Juan (1665)

Le cocuage n'est que ce que l'on le fait.
Molière ; L'école des femmes (1662)

De quelque façon qu'on puisse avoir vécu, on est homme d'honneur quand on n'est point cocu.
Molière ; L'école des femmes (1662)

Si n'être point cocu vous semble un si grand bien, ne vous point marier en est le vrai moyen.
Molière ; L'école des femmes (1662)

Chose étrange de voir comme avec passion, un chacun est chaussé de son opinion.
Molière ; L'école des femmes (1662)

L'amour est un grand maître, ce qu'on ne fut jamais, il nous enseigne à l'être.
Molière ; L'école des femmes (1662)

Il en est comme de ces beaux songes qui ne vous laissent au réveil que le déplaisir de les avoir crus.
Molière ; Le malade imaginaire (1673)

Un silence est assez pour expliquer un cœur.
Molière ; Dom Garcie de Navarre (1660)

Quand l'amour à vos yeux offre un choix agréable, jeunes beautés, laissez-vous enflammer.
Molière ; La princesse d'Élide (1664)

Il faut cajoler les mères pour obtenir les filles.
Molière ; Les amants magnifiques (1670)