Louis Bourdaloue (2)

Les citations de Louis Bourdaloue :

On aime ceux qui prêchent les vérités et non pas nos vérités ; du moment que les vérités sont les nôtres et que nous nous en apercevons, un levain d'amertume commence à se former dans notre cœur. Mais qu'ils s'étendent tant qu'ils voudront sur les défauts d'autrui, nous les écoutons avec joie.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Souvent les hommes haïssent la vérité par la même raison qui devrait la rendre aimable, c'est-à-dire, parce qu'elle est vérité. Si ce qu'on leur reproche était moins vrai, ils s'en piqueraient moins.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

La grande maxime de la science du monde est de taire des vérités désagréables à ceux à qui il serait utile de les savoir. Car pour en instruire ceux qui n'y ont aucune part, et qui devraient les ignorer, c'est sur quoi le monde ne se donne que trop de licence.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Il n'y a rien de plus difficile que d'annoncer la vérité, et de s'en faire le porteur. Ce serait à nous à lever cette difficulté ; en donnant à ceux dont nous attendons ce bon office un accès libre et favorable auprès de nous.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Une vérité dite à propos suffit en telles conjonctures pour arracher de notre cœur une habitude vicieuse. Des années entières de réflexions n'y auraient rien fait, mais cet avis prudemment donné est le coup salutaire qui nous guérit.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Il y a deux sortes de vérités, celle qui nous reprend, et celle qui nous flatte. Craignons la vérité qui flatte, aimons la vérité qui reprend.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

La vérité est tellement aimée des hommes que ceux qui aiment toute autre chose qu'elle veulent absolument que ce qu'ils aiment soit la vérité.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Quiconque aime la paix et veut assurer son repos se tient éloigné de la multitude, comme si la compagnie des hommes et leur présence étaient incompatibles avec la douceur et la tranquillité.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Quelque faux que puisse être le bonheur humain, et quelque épreuve qu'on en puisse faire, il a toujours je ne sais quelle apparence qui nous attire et qui nous attache.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

À force de vouloir être heureux, on cesse de l'être ; et dès que l'on consent à l'être moins, c'est alors qu'on l'est véritablement et solidement.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Comme il arrive que l'œil, destiné à voir tout ce qui est hors de lui, ne se voit pas lui-même, ainsi l'esprit de l'homme est pénétrant, subtil pour tout le reste, hors pour la conscience qui est son œil, et par où il doit se connaître.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Il faut une conscience pour ne pas pécher, et quiconque agit sans conscience, ou contre sa conscience, quoi qu'il fasse, fit-il le bien, pêche en le faisant.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

L'occasion est la pierre de touche de l'amitié, c'est elle qui découvre l'âme et qui en révèle tout le secret.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

On dit communément : l'ami de tout le monde n'est ami de personne. Il y a des gens de ce caractère. Ils vous aperçoivent, vous tendent les bras, vous saluent, vous proposent des services, enfin ils vous quittent, et demandent aux premiers qu'ils rencontrent, comment vous vous appelez.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

La plupart des hommes sont beaucoup plus vifs dans leurs haines que dans leurs amitiés. D'où vient cela ? De notre amour-propre qui nous fait tout rapporter à nous-mêmes.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Une heure de prospérité fait quelquefois oublier une amitié de vingt années. Depuis longtemps vous étiez lié avec cet homme, parce que vous étiez dans le même rang. La faveur l'a fait monter. Allez-vous présenter devant lui, il ne vous connait plus.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Un ami sincère et fidèle, à force d'être fidèle et sincère nous devient odieux. Nous le voulons fidèle, mais avec discrétion ; nous le voulons sincère, mais jusqu'à un certain point.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Le plus sage de tous les hommes qui, depuis le cèdre jusqu’à l'hysope, n'ignorait rien de tout ce qu'il y avait dans le monde, perdit les plus belles lumières de son esprit, dès qu'il eut livré son cœur au libertinage.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Toutes les faveurs du monde, quelque abondantes que nous les concevions, ne pourront jamais rassasier le cœur humain.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

La malignité de notre cœur nous peint la plupart des objets avec de fausses couleurs, et elle les diminue ou les grossit, selon qu'ils sont conformes ou opposés à nos inclinations.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Il n'y a que l'homme entre les animaux capable d'être chaste par vertu, et au-dessus des lois de la nature : aussi il n'y a que lui capable d'être vicieux et emporté au-delà des bornes de la nature même.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

La plupart des jugements des hommes sont des jugements où la passion domine, où elle décide souverainement, mais cruellement au désavantage du prochain.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

L'incrédulité de l'impie s'accorde avec le désordre de sa vie, donc elle ne vaut rien. En deux mots voilà sa condamnation.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Il y a de prétendus esprits forts, qui, par la plus bizarre conduite, veulent des miracles pour croire, et qui ne veulent croire nul miracle.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Dire ce que personne n'a osé dire, et rejeter ce que tout le monde dit, voilà en quoi consiste la supériorité d'esprit dont les incrédules se flattent.
Louis Bourdaloue ; Pensées et réflexions (1704)

Autre rubrique à découvrir :