Jules Renard (5)

Les citations de Jules Renard :

La femme est un roseau dépensant.
Jules Renard ; Journal du 16 décembre 1904.

L'Histoire n'est qu'une histoire à dormir debout.
Jules Renard ; Journal du 13 mai 1901.

Si tu crains la solitude, n'essaie pas d'être juste.
Jules Renard ; Journal du 10 juillet 1905.

Si l'argent ne fait pas le bonheur, rendez-le !
Jules Renard ; Journal du 26 décembre 1905.

Aucune vie n'est assez courte pour que l'ennui n'y trouve pas sa place.
Jules Renard ; Journal du 5 mars 1906.

Le naturel, c'est l'amour de la vérité.
Jules Renard ; Journal du 1er février 1909.

Il n'y a pas d'amis : il y a des moments d'amitié.
Jules Renard ; Journal du 5 janvier 1894.

La vie est courte, mais on s'ennuie quand même.
Jules Renard ; Journal du 24 mai 1902.

On finit toujours par mépriser ceux qui sont trop facilement de notre avis.
Jules Renard ; Journal du 1er juin 1906.

Il faut savoir s'embêter pour que la vie ne paraisse pas trop courte.
Jules Renard ; Journal du 4 décembre 1909.

Qui ne sut jamais se borner ne sut jamais admirer.
Jules Renard ; Journal du 6 débembre 1906.

La paresse est une habitude prise de se reposer avant la fatigue.
Jules Renard ; Journal du 22 mai 1906.

Le génie est peut-être au talent ce que l'instinct est à la raison.
Jules Renard ; Journal du 31 janvier 1906.

Il n'y a que les erreurs qui donnent du prix à la vérité.
Jules Renard ; Journal du 30 mars 1903.

L'ironie est un élément du bonheur.
Jules Renard ; Journal du 6 mars 1903.

Il y a des gens si ennuyeux qu'ils vous font perdre une journée en cinq minutes.
Jules Renard ; Journal du 1er février 1903.

Il ne faut pas dire toute la vérité, mais il ne faut dire que la vérité.
Jules Renard ; Journal du 1er décembre 1899.

Le vers est toujours un peu la cage de la pensée.
Jules Renard ; Journal du 26 janvier 1898.

Quand je regarde une poitrine de femme, je vois double.
Jules Renard ; Journal du 12 février 1898.

La meilleure santé, c'est de ne pas sentir sa santé.
Jules Renard ; Journal du 14 juillet 1896.

Dieu, celui que tout le monde connaît, de nom.
Jules Renard ; Journal du 14 avril 1894.

Les gens heureux n'ont pas de talent.
Jules Renard ; Journal du 2 avril 1894.

Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt.
Jules Renard ; Journal du 28 mars 1894.

Le style, c'est le mot qu'il faut : le reste importe peu.
Jules Renard ; Journal du 5 septembre 1893.

Dis quelquefois la vérité, afin qu'on te croie quand tu mentiras.
Jules Renard ; Journal du 12 mai 1893.

Autre rubrique à découvrir :