Jules Renard (3)

Les citations de Jules Renard :

Vous ne savez pas ce qu'il faut de courage pour s'empêcher de faire souffrir les autres !
Jules Renard ; Journal du 20 mars 1891.

Tout homme qui a du talent arrive : chaque peine a son salaire.
Jules Renard ; Journal du 25 février 1891.

Être prodigue, ce n'est pas si commode : ceux qui recherchent ce défaut ne l'ont jamais.
Jules Renard ; Journal du 27 décembre 1890.

Dès qu'une femme me montre ses dents, si belles qu'elles soient, je vois sa tête en tête de mort.
Jules Renard ; Journal du 10 décembre 1890.

La postérité appartiendra aux constipés.
Jules Renard ; Journal du 12 août 1890.

Audace en deçà, lâcheté au-delà.
Jules Renard ; Journal du 18 juillet 1890.

On a vingt ans depuis quinze jusqu'à trente ans.
Jules Renard ; Journal du 28 juin 1890.

Qu'importe ce que je fais ! Demandez-moi ce que je pense.
Jules Renard ; Journal du 12 avril 1890.

Les gens qui ne veulent pas comprendre se rendent inutilement bien malheureux.
Jules Renard ; Journal du 9 avril 1890.

Défiez-vous des sceptiques : ils sont capables de juger bien sévèrement vos moindres actions.
Jules Renard ; Journal du 31 mars 1890.

On place ses éloges comme on place de l'argent, pour qu'ils nous soient rendus avec les intérêts.
Jules Renard ; Journal du 18 mars 1890.

Un pédant est un homme qui digère mal intellectuellement.
Jules Renard ; Journal du 18 mars 1890.

Il faut avoir l'esprit large, c'est-à-dire se donner des airs de comprendre tout.
Jules Renard ; Journal du 21 février 1890.

L'enfant est un petit animal nécessaire ; un chat est plus humain.
Jules Renard ; Journal du 18 février 1890.

La honte de pleurer qui donne l'effronterie de rire.
Jules Renard ; Journal du 10 novembre 1889.

Dès le sommeil, ma pensée flambe : Mon cerveau est une usine de nuit.
Jules Renard ; Journal du 5 novembre 1889.

Une petite préface vaut bien un long chapitre.
Jules Renard ; Journal du 5 novembre 1889.

Une jolie femme doit être propre et coquette dès le matin en faisant son ménage, et briller comme une pièce d'argent dans un tas d'ordures.
Jules Renard ; Journal du 21 octobre 1889.

Les souvenirs, ce soir, ont pris pour tambourin mon cerveau.
Jules Renard ; Journal du 21 octobre 1889.

Il y a des gens qui donnent un conseil comme on donne un coup de poing.
Jules Renard ; Journal du 21 octobre 1889.

Femme pareille à une cheminée, il est temps de lever ta robe : le feu doit être pris.
Jules Renard ; Journal du 10 octobre 1889.

Le sommeil est la halle aux souvenirs.
Jules Renard ; Journal du 30 août 1889.

Quand un train passe sur une plaque tournante, les wagons ont l'air d'avoir le hoquet.
Jules Renard ; Journal du 16 août 1889.

Un chien : on dirait une descente de lit empaillée.
Jules Renard ; Journal du 9 août 1889.

Il n'y a que ce qu'on fait qui n'est jamais étonnant.
Jules Renard ; Journal du 1er août 1889.