Joseph Sanial-Dubay (5)

Les citations de Joseph Sanial-Dubay :

La sagesse est une plante étrangère et rare, que nous n 'aimons à voir cultiver que dans le champ d 'autrui.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

La vie de l'avare est une comédie, dont on n'applaudit que la scène qui la termine.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

L'abandon n'est que le partage des malheureux, il devrait être uniquement celui des méchants.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

L'admiration est presque toujours l'effet de l'ignorance des causes ; elle est plus souvent fondée sur l'illusion que sur le discernement.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Les qualités des hommes ne vont guère mieux aux femmes que leurs défauts.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Les hommes n'aiment pas toujours ce qu'ils estiment : les femmes n'estiment que ce qu'elles aiment.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

La femme n'entend et ne sert jamais plus mal ses intérêts que lorsqu'elle veut être plus que femme.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

On rend volontiers l'amour responsable de l'abus qu'on en fait.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Il en est des maximes comme des lois : la multiplicité en prouve moins la pratique que la violation.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Si celui qui vise à la singularité ne l'atteint pas toujours, il est au moins assuré d'attraper le ridicule.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Les airs qu'on veut se donner ne valent bien souvent pas ceux qu'on quitte.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Ce n'est pas d'être sage qu'on se met en peine, c'est tout au plus de le paraître.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Bien des livres ressemblent à certains nobles qui ne brillent que par leurs titres.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Il ne faut pas se repentir seulement du mal qu'on a causé, mais encore du bien qu'on n'a pas fait.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Le bien que l'on souhaite avoir rend comme nul celui qu'on a.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Il est plus difficile d'entretenir l'admiration que de la faire naître.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

L'homme connu pour être très fin cesse d'être dangereux, sa réputation nous arme et nous défend contre lui.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Le propre de l'esprit minutieux est d'agrandir ce qui est petit, et de rapetisser ce qui est grand.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Nous ne sommes pas tant occupés des autres pour le bien que nous leur voulons que pour celui que nous ne leur voulons pas.
Joseph Sanial-Dubay ; Pensées sur l'homme, le monde et les moeurs (1813)

Autre rubrique à découvrir :