Joseph-Alexandre de Ségur

Biographie :

Joseph-Alexandre de Ségur

Poète, chansonnier, homme de lettres et militaire français né le 14 avril 1756 à Paris, Joseph-Alexandre Pierre, vicomte de Ségur, est mort le 23 juillet 1805 à Bagnères-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées.

Les 20 citations de Joseph-Alexandre de Ségur :

La seule bonne action que l'on puisse attendre d'un scélérat, c'est le repentir.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Élize dans les bois (1792)

Les femmes acceptent aisément les idées nouvelles, car elles sont ignorantes ; elles les répandent facilement, parce qu'elles sont légères ; elles les soutiennent longtemps, parce qu'elles sont têtues.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

L'amitié est un sentiment calme ; l'amour est une effervescence de l'âme. On peut aimer moins son ami, et l'aimer encore ; mais quand on aime moins sa maîtresse, on ne l'aime plus du tout. Une flamme douce s'affaiblit et se ranime ; une explosion rapide ne peut renaître.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

On renoue quelquefois en amitié, mais en amour les raccommodements les plus tendres ne sont que des ruptures différées.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

L'amour est fait pour les femmes, et les femmes sont faites pour l'amour.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Quand nous calculons, les femmes le sentent ; quand nous les étudions, elles s'abandonnent.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

L'amitié calme et réfléchie sait choisir ; l'amour, au contraire, toujours entraîné, se soumet sans réflexion, s'offre, se donne. Il n'a pas encore examiné les chaînes qu'on lui propose, qu'il les porte déjà.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Il n'est point d'amitié qui naisse en un jour.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

L'amour est l'agitation de la vie, l'amitié en est le repos.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Il est peu de femmes qui, devenant mères, ne perdent quelques défauts, et n’acquièrent quelques vertus.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Chacun naît pour un but qu'il doit remplir.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Si les ouvrages influent sur les mœurs, les mœurs aussi donnent leur empreinte aux ouvrages.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Une femme bel esprit n'est pas toujours ce qu'il y a de plus aimable.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

On a depuis longtemps observé que rien, autant que l'amour, n'inspire aux femmes d'heureuses inventions, et qu'elle remportent sur nous en moyens, en finesses de tous genres, pour tromper leurs tyrans.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Aimer, ce n'est pas penser si l'on vous aimera.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Les femmes ne se découragent point dans l'adversité, ne se calment point dans les succès, et ne savent point espérer en silence.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Les femmes, précieux ornements de la terre, sont une seconde âme de notre être, qui, sous une autre enveloppe, correspond intimement à toutes nos pensées, qu'elles éveillent ; à tous nos désirs, qu'elles font naître et partagent ; à nos faiblesses, qu'elles peuvent plaindre, sans en être atteintes.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Telle femme ne vous sacrifierait pas un plaisir pour vous sauver d'un péril à venir, et l'instant d'après donne sa vie pour vous en préserver. En un mot, on n'obtient rien d'elles par prudence, et tout en intéressant leur sensibilité.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

On ne jouit bien que de la supériorité qui nous est propre.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Les femmes sont nées pour nous aimer, et nous consoler dans nos peines ; nous, pour les aimer et les protéger contre tous les dangers.
Joseph-Alexandre de Ségur ; Les femmes (1802)

Autre rubrique à découvrir :