Jean-Antoine Petit, dit John Petit-Senn (2)

Les meilleures citations de John Petit-Senn :

La pruderie qui survit, chez une femme, à la jeunesse et à la beauté me semble un épouvantail pour les oiseaux, oublié dans les champs après la moisson.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Les sirènes de jadis sont les prospectus d’aujourd’hui ; comme elles, ils finissent en queue de poisson... d'avril.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

L'athée, cherchant en vain Dieu dans la nature, me semble l'ombre niant le soleil qui ne la frappe jamais.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Quand le printemps vient à notre maison des champs sans nous y trouver établis, il jette ses violettes à la porte pour carte de visite.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Il semble à l'envieux que ce qu'on accorde de mérite aux autres est retranché du sien.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Nos intérêts sont des grains à l'opium pour la conscience, mais ils ne l'endorment qu'au prix d'un épouvantable réveil.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Ne croire à ses talents que pour en remercier Dieu, c'est sanctifier l'amour-propre.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Le grand homme doit se retirer par moments de la scène pour ne pas fatiguer l'admiration ; car, si brillant que soit le soleil, il aurait bien tort de ne pas se coucher.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

L'expérience dévoile trop tard les embûches tendues à la jeunesse, c'est le froid brouillard qui met à découvert la toile d'araignée quand les mouches ne sont plus là pour s'y prendre.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Les belles actions sont un peu comme les sirènes : il ne faut voir ni les motifs des unes ni la queue des autres.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

La saveur des pensées détachées dépend d'une expression concise : ce sont des grains de sucre ou de sel qu'il faut savoir fondre dans une goutte d'eau.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Prétendre émouvoir, avec un même discours, des auditeurs différents d'âge, de sexe, d'état, d'éducation, c'est vouloir, avec une même clef, ouvrir toutes les serrures.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

On rend mieux justice à ceux qui ne sont plus qu'à ceux qui n'y sont pas.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Celui qui ne voit pas Dieu partout ne le trouve nulle part.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Un diplomate ne cherche pas d'amis vrais ; les joues qui accueillent le fard congédient les baisers.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Petit-maître sur le retour, papillon sur la neige.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Les domestiques parfaits seraient les pires de tous chez nombre de maîtres dont le bonheur consiste à les reprendre de leurs fautes.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Celui qui aime ses flatteurs suit, sans le vouloir, le divin précepte : Aimez vos ennemis.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

À l'auteur qui fait aimer ses livres je préfère celui qui s'y fait aimer.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

La politique des courtisans ressemble à leur ombre : elle rampe et tourne avec l'astre du jour.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Les athées ont de meilleures raisons de craindre Dieu que de croire en lui.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

À Paris, l'esprit court les rues ; aussi est-il parfois crotté.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Le bonheur de l'âme sensible s'accroît de ce qu'elle retranche au malheur d'autrui.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

L'esprit fait vivre un ouvrage ; le génie l'empêche de mourir.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Respectons les cheveux blancs, mais surtout les nôtres.
John Petit-Senn ; Bluettes et boutades (1846)

Autre rubrique à découvrir :