Jean-Louis Moré

Biographie :

Jean-Louis Moré

Écrivain et politicien suisse né en janvier 1781 à Genève, Jean-Louis Moré serait décédé en 1861 dans sa ville natale. Il est l'auteur entre autres de l'Histoire universelle à l'usage de la jeunesse (1838), des Fragments d'un album de voyage (1839), du Petit livre pour le premier âge (1840), des Lettres écrites de Suisse avant 1780 (1841), du Portefeuille du voisin de campagne (1847), et du Brésil en 1852 et sa colonisation future (1852).

Les 50 citations de Jean-Louis Moré :

Sois appliqué, sage et bon, tu seras toujours satisfait.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

L'infidélité tue celui qui la nourrit.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Un sou offert par le cœur vaut mieux qu'un écu donné par la main.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

La probité affligée est préférable à la finesse triomphante.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

L'empressé chute facilement.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

L'homme doit appui à son pays, le pays doit protection au citoyen. Dans chaque pays, on doit être fidèle à la devise de : Un pour tous et tous pour un.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Paresseux, va vers la fourmi, considère ses voies et deviens sage.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

La force ne prouve pas le droit. Le recours aux armes pour justifier une offense n'est qu'un tort de plus de la part de l'offenseur, tandis que pour l'offensé il n'est qu'une séduction, qui, presque toujours, n'a qu'un résultat inique.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Garde plutôt le silence que de mal parler.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

C'est dans son immense bonté pour l'homme que Dieu lui voila l'avenir. Combien d'effroi, peut-être, cette connaissance pourrait lui causer.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Dieu est présent partout, il sonde les cœurs, et rien n'échappe à son regard.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

L'ingratitude est un crime odieux. Voyez l'animal le plus féroce, il connaît la main qui lui fait du bien.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Sois constamment affable, et pour plaire, fais tout ce qui est permis.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Demeure plutôt pauvre sur la terre que d'y être riche des dépouilles d'autrui.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Tu ne dois point t'approprier ce que tu trouves, ni receler ce qu'un autre a trouvé.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

La nécessité rend industrieux.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Le travail bien fait ne demeure jamais sans une récompense.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

La critique est plus facile que de faire mieux.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

La convoitise est le premier pas au larcin. Celui qui convoite s'empare en son cœur de tout ce qui lui est défendu, et il ne lui manque plus que l'occasion de saisir l'objet convoité.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

C'est un beau devoir à remplir que de vivre en paix avec son prochain, de ne jamais lui donner lieu à quereller, mais de se montrer constamment bienveillant avec lui.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Empresse-toi de faire aux autres ce que tu voudrais qu'ils fissent pour toi.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Ne fais jamais à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fit.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Il existe des besoins que la décence et le savoir-vivre ne permettent en aucun cas de satisfaire devant personne.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Celui qui imite le mal est plus coupable que celui qui l'enseigne.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)

Les plaintes et les gémissements ne servent qu'à rendre la douleur plus vive.
Jean-Louis Moré ; Le petit livre pour le premier âge (1840)