Jean Louis Auguste Commerson (8)

Les citations de Jean Louis Commerson :

En toute sauce il faut considérer la faim.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Rendre service à un ingrat, c'est arroser de l'ivraie.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'aime mieux la fausse modestie que la fosse commune.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La plante la plus sensible à l'homme, c'est la plante des pieds.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le passé, c'est la lampe qui éclaire l'avenir.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Se confesser, c'est balayer son âme.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La perversité est la paire de sabots qui aide à marcher dans le chemin du crime.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'aime mieux avoir un permis de séjour, qu'un père mis en prison.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La gaieté est un séton qui fait sortir la mauvaise humeur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le cœur d'une coquette est plus léger que le lingot d'or ; cependant l'un et l'autre sont bien difficiles à gagner.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vie est une barque dont l'homme est le rameur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un bossu est, à mon sens, un chameau dégénéré.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vertu est un colifichet dont une femme aime à se parer.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Les femmes laides n'ont été mises sur la terre que pour faire la consolation des aveugles.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Dans le bonheur d'autrui je cherche mon bonheur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La femme tient de l'éléphant : on l'aime et ça trompe.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un patron est un cauchemar donné par le besoin.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Il y a des gens que je respecte assez pour n'avoir pas besoin de les estimer.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La patience est une qualité inconnue à la plupart des gens violents.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un malade renoncera plutôt à son traitement qu'un fonctionnaire.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un ivrogne préférera toujours le spiritueux au spirituel.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Les déceptions sont les saignées de l'âme.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Pour s'habiller de grand matin, il n'y que le premier bas qui coûte.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je me défie toujours des femmes qui portent des caleçons : c'est la pudeur avec une enseigne.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Dieu ne ressemble guère au melon ; car Dieu dispose, et le melon indispose.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)