Jean Louis Auguste Commerson (6)

Les citations de Jean Louis Auguste Commerson :

J'aime mieux être parfumé que par fumée.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'huissier met les affaires en chemin, l'avocat à nu, et l'avoué en pièces.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je connais un homme de peine qui est toujours en joie, et une fille de joie qui est toujours en peine.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Les yeux sont des fenêtres dont les paupières sont les persiennes.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La plume est l'aiguille de la fantaisie.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le cœur est l'alcôve du sentiment.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Un ivrogne aime mieux un poisson d'eau-de-vie qu'un poisson d'eau douce.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je trouve souvent des philosophes pour méditer, mais je ne trouve pas d'éditeur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Si jamais j'ai des enfants, je ne demanderai qu'une chose : en être le père.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

On étouffe plus facilement une faute dans son cœur qu'un homme entre ses bras.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je n'ai jamais aimé ni les corps de garde, ni les gardes du corps.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Qui se nourrit d'espérance meurt de faim.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le cœur est une locomotive qui fait souvent dérailler la vertu sur le chemin de l'honneur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Une femme sans corset est un bastion démantelé.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

C'est quand on est sur ses vieux jours qu'on peut croire qu'on a des envieux.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'âme d'une femme entre deux âges est une éponge desséchée au feu de l'abstinence.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le pistolet est la paire de ciseaux avec laquelle bien des gens coupent le fil de leur existence.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Mon propriétaire m'aigrit et engraisse à vue d'œil.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour est un roman à qui les femmes servent d'éditeur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je n'aime pas la laideur mais j'aime la salade; et pourtant si la laideur repousse, la salade aussi.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vie est un voyage qu'on ne fait pas toujours en train de plaisir.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'aime mieux marcher sur la pointe des pieds que sur celle d'une aiguille.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La prudence est le parapluie qui garantit l'homme des averses du malheur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Une vieille fille incomprise me rappelle Christophe Colomb à la recherche d'un nouveau monde.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'ai un fond d'épicerie qui me fait vivre, et un fond de chagrin qui me fait mourir.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)