Jean Louis Auguste Commerson (6)

Les citations de Jean Louis Auguste Commerson :

Je n'ai jamais aimé ni les corps de garde, ni les gardes du corps.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Qui se nourrit d'espérance meurt de faim.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le cœur est une locomotive qui fait souvent dérailler la vertu sur le chemin de l'honneur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Une femme sans corset est un bastion démantelé.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

C'est quand on est sur ses vieux jours qu'on peut croire qu'on a des envieux.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'âme d'une femme entre deux âges est une éponge desséchée au feu de l'abstinence.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le pistolet est la paire de ciseaux avec laquelle bien des gens coupent le fil de leur existence.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Mon propriétaire m'aigrit et engraisse à vue d'œil.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour est un roman à qui les femmes servent d'éditeur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Je n'aime pas la laideur mais j'aime la salade; et pourtant si la laideur repousse, la salade aussi.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La vie est un voyage qu'on ne fait pas toujours en train de plaisir.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'aime mieux marcher sur la pointe des pieds que sur celle d'une aiguille.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La prudence est le parapluie qui garantit l'homme des averses du malheur.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Une vieille fille incomprise me rappelle Christophe Colomb à la recherche d'un nouveau monde.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'ai un fond d'épicerie qui me fait vivre, et un fond de chagrin qui me fait mourir.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Quand je vois un pompier causer avec une jeune fille, c'est pour moi le présage d'un incendie.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'aime mieux contempler l'avenir que me retourner sur le passé.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La jalousie est un binocle à travers lequel nous voyons tout en jaune.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

La mort est un pont suspendu entre la vie et l'éternité.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Le mariage, à peine tu as dit oui, que déjà tu commences à le regretter.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'homme est le contraire du camembert, plus devient vieux et moins il marche.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Pour les femmes qui se marient avec de vieux hommes riches, le mariage est un omnibus dans lequel, à peine assises, elles voudraient une correspondance pour l'allée des Veuves.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

L'amour est la locomotive qui nous mène en grande vitesse du célibat au mariage.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

J'aimerais mieux être général à l'armée qu'alarmé en général.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)

Embrasser une jeune fille sur le front, c'est manger du fromage à côté d'un beefsteak.
Jean Louis Auguste Commerson ; Petite encyclopédie bouffonne (1860)