Jean-Baptiste Massillon

Biographie :

Jean-Baptiste Massillon

Oratorien, professeur, prédicateur célèbre français né le 24 juin 1663 à Hyères dans le Var, Jean-Baptiste Massillon est décédé le 28 septembre 1742 à Beauregard-l'Évêque en région d'Auvergne. Évêque de Clermont-Ferrand connu pour avoir fait l'oraison funèbre de Louis XIV en 1715, Massillon fut également élu membre de l'Académie française le 29 décembre 1718.

Les 59 citations de Jean-Baptiste Massillon :

La véritable grandeur ne se trouve que dans la modération, la justice, la modestie et l'humanité.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Nos projets échouent sans cesse et nos espérances revivent de nos projets même renversés.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

On ne peut plus rien refuser à la volupté lorsqu'une fois elle s'est rendue maîtresse du cœur.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

L'ambition nous rend faux, lâches, timides, quand il faut soutenir les intérêts de la justice et de la vérité. On craint toujours de déplaire ; on veut toujours tout concilier, tout accommoder ; on n’est pas capable de droiture, de candeur, d'une certaine noblesse, qui inspire l'amour de l'équité, et qui seule fait les grands hommes.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Porté sur les ailes de la fortune, on a beau monter, la félicité se trouve toujours placée plus haut.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

La véritable piété élève l'esprit, ennoblit le cœur, affermit le courage.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Si la vertu n'est pas notre premier penchant, elle est du moins notre premier devoir.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Si l'homme connaissait véritablement le monde, s'il perçait cette première écorce qui n'offre aux yeux que joie et que plaisirs, il trouverait le monde bien différent de ce qu'il paraît.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Toutes les créatures que l'homme veut faire servir à ses plaisirs deviennent l'instrument de ses peines.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Les louanges que nous donnons aux autres, se rapportent toujours par quelques endroits à nous-mêmes, c'est l'intérêt ou la vanité qui en sont les sources secrètes.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

La langue du détracteur est un feu dévorant qui flétrit tout ce qu'il touche.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Il est plus d'imposteurs en ce monde que de gens véritablement sincères.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

On couvre de la fierté des défauts et des faiblesses que la fierté trahit et manifeste.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Les grands haïssent la vérité parce qu'elle les rend haïssables.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

La complaisance nous rend coupables de tous les vices des autres.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

L'ennui est comme l'ombre des grands, il les suit partout.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

L'homme aurait toujours assez de moyens, s'il avait assez de volonté.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Des hommes boivent jusqu'à la lie, toute l'amertume de leur calice.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

L'homme, pas sûr de mourir aujourd'hui, vit comme si ses années devaient être éternelles.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

La plus belle de toutes nos actions est celle qui contrarie nos inclinations.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Seuls les amis véritables sont capables de partager les disgrâces de leurs amis sans refroidissement.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Toute l'habileté de l'ambition se réduit à se rendre digne des places auxquelles on aspire.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

La médiocrité murmurent toujours contre les talents qui se développent par les récompenses.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Il n'y a de mécontents en ce monde que les hommes oiseux et inutiles.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)

Il en coute bien moins de remporter des victoires que de se vaincre soi-même.
Jean-Baptiste Massillon ; Maximes et pensées (1742)