Honoré de Balzac (5)

Les citations de Honoré de Balzac :

Lorsque l'union des âmes a été parfaite, toute atteinte à ce beau idéal du sentiment est mortelle. Là où des scélérats se raccommodent après des coups de poignard, les amoureux se brouillent irrévocablement pour un regard, pour un mot. Dans ce souvenir de la quasi-perfection de la vie du cœur se trouve le secret de séparations souvent inexplicables. On peut vivre avec une défiance au cœur, alors que le passé n'offre pas le tableau d'une affection pure et sans nuages ; mais pour deux êtres autrefois parfaitement unis, la vie, quand le regard, la parole, exigent des précautions, devient insupportable.
Honoré de Balzac ; Illusions perdues, Ève et David (1843)

Avoir de la jalousie pour une femme dont on est aimé constitue de singulières vues de raisonnements. Nous sommes aimés ou nous ne le sommes pas : placés à ces deux extrêmes, la jalousie est un sentiment inutile en l'homme ; elle ne s'explique peut-être pas plus que la peur, et peut-être la jalousie est-elle la peur en amour. Mais ce n'est pas douter de sa femme, c'est douter de soi-même.
Honoré de Balzac ; Physiologie du mariage (1829)

Être jaloux, c'est tout à la fois le comble de l'égoïsme, l'amour-propre en défaut, et l'irritation d'une fausse vanité.
Honoré de Balzac ; Physiologie du mariage (1829)

L'homme va de l'aversion à l'amour ; mais quand il a commencé par aimer et qu'il arrive à l'aversion, il ne revient jamais à l'amour.
Honoré de Balzac ; Physiologie du mariage (1829)

Une femme ne pardonne pas à son amant de s'être montré enfant, vain ou petit.
Honoré de Balzac ; Un grand homme de province à Paris (1839)

Un homme doit bien étudier une femme avant de lui laisser voir ses émotions.
Honoré de Balzac ; Un grand homme de province à Paris (1839)

Quand une femme arrive à se repentir de ses faiblesses, elle passe comme une éponge sur sa vie, afin d'en effacer tout.
Honoré de Balzac ; Un grand homme de province à Paris (1839)

Ceux qui connaissent l'amour dans son infini savent qu'on n'en éprouve pas les plaisirs sans en accepter les vertus.
Honoré de Balzac ; Splendeurs et misères des courtisanes (1847)

Un homme n'a jamais pu élever sa maîtresse jusqu'à lui ; mais une femme place toujours son amant aussi haut qu'elle.
Honoré de Balzac ; Physiologie du mariage (1829)

La femme comprend tout par l'amour ; quand elle n'entend pas, elle sent ; quand elle ne sent pas, elle voit.
Honoré de Balzac ; Séraphîta (1834)

Il est rare qu'un homme passe sans remords de l'état de confident à l'état de rival.
Honoré de Balzac ; Les secrets de la princesse de Cadignan (1839)

Une femme honnête est celle que l'on craint de compromettre.
Honoré de Balzac ; Physiologie du mariage (1829)

Le sourire est l'apanage, la langue, l'expression de la maternité.
Honoré de Balzac ; La femme de trente ans (1834)

Il est de la nature des femmes de prouver l'impossible par le possible et de détruire les faits par des pressentiments.
Honoré de Balzac ; Le Père Goriot (1834)

Sur dix nuits promises au travail par les jeunes gens, ils en donnent sept au sommeil. Il faut avoir plus de vingt ans pour veiller.
Honoré de Balzac ; Le Père Goriot (1834)

La résignation de la veille a toujours préparé celle du lendemain.
Honoré de Balzac ; Le lys dans la vallée (1836)

Les jeunes gens sont tous disposés à se fier aux promesses d'un joli visage, à conclure de la beauté de l'âme par celle des traits. Un sentiment indéfinissable les porte à croire que la perfection morale concorde toujours à la perfection physique.
Honoré de Balzac ; Une double famille (1830)

La candeur a sur l'homme le même pouvoir que l'enfance, elle en a les attraits et les irrésistibles séductions.
Honoré de Balzac ; Ursule Mirouët (1841)

Après l'enfance de la créature vient l'enfance du cœur.
Honoré de Balzac ; La femme de trente ans (1834)

Les enfants sont plus pénétrables qu'on ne le croit par les invisibles effets des idées ; ils ne se moquent jamais d'une personne vraiment imposante, la véritable grâce les touche, la beauté les attire, parce qu'ils sont beaux et qu'il existe des liens mystérieux entre les choses de même nature.
Honoré de Balzac ; Le cabinet des Antiques (1838)

L'enfance a le front transparent, le teint diaphane ; et le mensonge est, chez elle, comme une lumière qui lui rougit même le regard.
Honoré de Balzac ; La femme de trente ans (1834)

En fait de grâce comme en tout, il n'y a que le cœur qui ne vieillisse pas.
Honoré de Balzac ; Modeste Mignon (1844)

C'est souvent au moment où les gens désespèrent le plus de leur avenir que leur fortune commence.
Honoré de Balzac ; Illusions perdues, Ève et David (1843)

L'égalité peut être un droit, mais aucune puissance humaine ne saurait la convertir en fait.
Honoré de Balzac ; La duchesse de Langeais (1833)

La passion est le pressentiment de l'amour et de son infini.
Honoré de Balzac ; La duchesse de Langeais (1833)

Autre rubrique à découvrir :