Frédéric Dard (2)

Les citations et pensées de Frédéric Dard :

Tout homme souhaite être le propriétaire exclusif de la femme qui le comble.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Étant donné que chaque homme a besoin de plusieurs femmes, ne serait-ce que pour se dépayser un brin, il est bien évident qu'il doit, parfois, emprunter celle des autres.
Frédéric Dard ; Les anges se font plumer (1957)

Ça fait au moins cinquante ans qu'elle a remplacé son maquilleur par un maçon.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

La lumière de l'été est plus rasante qu'un discours électoral.
Frédéric Dard ; La queue en trompette (1997)

Tequila ! De l'extra-forte à 90 degrés. — Voilà donc pourquoi ça râpait : je viens d'avaler un angle droit !
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Son regard glauque est aussi profond que deux œufs sur le plat dont les jaunes sont crevés.
Frédéric Dard ; On liquide et on s'en va (1981)

Le seul moyen d'enrayer la marée des cons : ne faire l'amour qu'avec des préservatifs.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

La connerie de l'existence, c'est qu'elle se fabrique au présent.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

L'homme s'attarde sur le passé, tandis que la femme se gave du présent.
Frédéric Dard ; Bosphore et fais reluire (1991)

Le meilleur moment de l'amour, c'est pas quand on monte l'escalier, mais quand on lâche la rampe.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Le con est si intensément con qu'il n'a plus besoin d'être là pour être con.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Y a des nanas qui savent vieillir, d'autres qui ne savent pas se rajeunir.
Frédéric Dard ; Remets ton slip, Gondolier (1977)

Le raisonnement, c'est la raison du con.
Frédéric Dard ; Les Con (1973)

À côtoyer la mort, tu te raccroches à la vie.
Frédéric Dard ; Au bal des rombières (1990)

L'être en quête de vérité est aussi mal dans sa peau que celui qui fait de la rétention d'urine ou qui souffre d'un calcul rénal.
Frédéric Dard ; Si maman me voyait ! (1983)

Tu leur donnes un manteau de fourrure, ils t'en font un poil de cul.
Frédéric Dard ; Si maman me voyait ! (1983)

Quand je rencontre une esseulée de l'âme, comme cette poupette, je me dis qu'au fond, faudrait avoir du temps à lui consacrer. Jouer les Pygmalion du bonheur.
Frédéric Dard ; Certaines l'aiment chauve (1975)

Une femme est un puzzle long à construire, rapide à défaire.
Frédéric Dard ; Appelez-moi chérie ! (1972)

Il pue tellement qu'on a l'impression de partir en voyage dans l'intestin d'un chacal.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

L'homme trop prudent attend qu'il soit trop tard.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Il ne faut jamais se foutre de la gueule des riches car on ne sait pas ce qu'on peut devenir.
Frédéric Dard ; La rate au court-bouillon (1978)

Le mâle a besoin de prouesses passées pour accepter son déclin.
Frédéric Dard ; Le trouillomètre à zéro (1995)

Rien n'appartient à personne, sinon sa peau pour quelque temps, et encore n'est-elle qu'un travesti de location pour bal costumé.
Frédéric Dard ; Le pétomane ne répond plus (1995)

Rien de plus con qu'une réception, si ce n'est une autre réception plus importante.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Elle glisse sa main sous le drap pour venir me changer de vitesse. Bon, me voici bientôt en prise.
Frédéric Dard ; Les pensées de San-Antonio (1996)

Autre rubrique à découvrir :