Delphine de Girardin

Biographie :

Delphine de Girardin

Ecrivaine et journaliste française née Delphine Gay le 24 janvier 1804 à Aix-la-Chapelle en Allemagne, Delphine de Girardin est morte le 29 juin 1855 à Paris.

Source : Wikipédia.

Les 23 citations de Delphine de Girardin :

L'hypocrite est le seul phénix qui renaisse de ses cendres.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Les gens qui détestent le monde sont précisément ceux qui le rendent amusant ; c'est peut-être parce qu'ils sont indépendants de lui, et que les esprits indépendants sont les seuls qui sachent être toujours aimables.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

La générosité est chose si douce, c'est une parure toujours, une vengeance quelquefois.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

L'indépendance d'esprit est une colline d'où l'on voit de haut et de loin.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Il n'y a que les parvenus qui se donnent entre eux leurs titres.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

En fait d'argent, le passé ne compte pas, l'avenir est tout.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Il n'y a que deux manières de traiter la douleur : par l'abrutissement ou par l'étourdissement.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

On est toujours assez lié avec un homme pour se moquer avec lui d'un autre.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Le monde ne s'alarme des légèretés que lorsqu'elles sont sans danger, et pour qu'il pardonne à l'étourderie, il faut qu'elle soit sans excuse.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Une rivale, si misérable qu'elle soit, est toujours à nos yeux une orgueilleuse rivale.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Un violent chagrin, pour une jeune femme, est une vieillesse anticipée.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Si peu de vanité qu'on ait, il est toujours flatteur d'être salué par une jolie femme.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

On a ses ennuyeux comme on a ses pauvres.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Les Français qui ont de l'esprit en ont beaucoup, mais il y a beaucoup de Français qui n'ont pas même un peu d'esprit. Sur cent hommes, vous en trouvez deux spirituels ; sur cent femmes, vous en trouverez une bête. Voilà la proportion.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

La vanité des femmes est un abîme où l'on se perd.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Une femme égoïste, non seulement de cœur, mais d'esprit, ne peut pas sortir d'elle-même. Le moi est indélébile chez elle. Une véritable égoïste ne sait même pas être fausse.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

L'homme le plus profond est un innocent à côté de la plus simple femme.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Pour une prude, la vie d'un homme n'est rien auprès de la bonne réputation d'une femme.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Un mariage n'est bon qu'autant qu'on n'en pourrait pas faire un meilleur.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Les femmes coquettes n'ont jamais froid.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Une femme qui n'a donné aucun droit sur elle est encore libre, quelle que soit sa passion.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Une douleur trop amère déprave le cœur, on ne la supporte qu'en la profanant.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

L'honneur des hommes est dans le courage de leurs actions, l'honneur des femmes est dans l'unité de leurs sentiments.
Delphine de Girardin ; Maximes et pensées (1855)

Autre rubrique à découvrir :