Claude-Henri de Fusée, comte de Voisenon

Biographie :

Claude-Henri de Fusée de Voisenon

Prêtre catholique, académicien et homme de lettres français né au château de Voisenon près de Melun dans le département de la Seine-et-Marne le 8 juillet 1708, Claude-Henri de Fusée, comte de Voisenon, abbé du Jard (dit aussi l'abbé de Voisenon) est décédé dans sa ville natale le 22 novembre 1775 à l'âge de 67 ans.

Découvrez sa biographie complète sur Wikipédia.

Les 25 citations de Claude-Henri de Fusée de Voisenon :

L'amour doit son empire aux prestiges de l'imagination. C'est son pinceau magique qui embellit l'objet aimé. Elle commande aux sens en aiguillonnant les désirs. Le brillant de son coloris enchante les yeux. L'amour donne l'existence à la beauté, l'imagination active la vivifie et la recrée de nouveau.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

Aimer, c'est remplir le vœu de la nature ; ce besoin croît avec nous, se développe avec nos organes. Sans ce délicieux attrait de s'attacher, quel être pourrait supporter la vie ? Son poids serait trop pesant. Un doux regard nous montre les objets différemment. L'amour est le prisme du bonheur, il colore comme il veut tous les points de vue, suivant que notre âme en est susceptible.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

L'amour répand sur la nature un coloris brillant et frais : le printemps lui doit sa parure, et la beauté tous ses attraits.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

L'amitié sur l'amour a cette préférence : elle ne prend jamais ce vol impétueux, cet essor de l'amour vif et tumultueux ; ce n'est point un éclair, de qui les traits de flamme répandent le désordre et l'espoir dans notre âme ; qui fait, par son ivresse, oublier les vertus ; dont les fers sont brisés, dès qu'ils ne blessent plus. L'amitié nous unit par un nœud plus aimable : rien n'en peut altérer la source respectable. Nous voyons tous les jours ses liens pleins d'attraits s'étendre, se prêter, sans se rompre jamais ; et des temps et des lieux rapprocher la distance par les bienfaits, l'estime et la reconnaissance.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La coquette fixée (1746)

L'amour nous montre tout en beau, il est aveugle, il nous abuse, mais le bonheur tient son bandeau et nous aimons l'erreur qui nous amuse.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

La vie est un léger sommeil ou chacun rêve à sa manière, une illusion éphémère tantôt douce, tantôt amère, ou tout est détruit par le réveil.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

Au doux printemps de l'âge s'interdire l'amour, c'est vouloir d'un nuage ternir l'aube du jour. On voit les fleurs éclore quand le matin renaît ; la beauté se colore dès que l'amant paraît.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

Au doux printemps de l'âge s'interdire l'amour, c'est vouloir d'un nuage ternir l'aube du jour.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

À la beauté tout rend les armes, et son pouvoir est enchanteur ; ce n'est qu'en admirant ses charmes, qu'on trouva le nom du bonheur.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

Qu'Amour vienne nous enflammer, aimons son feu loin de le craindre ; songeons sans cesse à l'allumer, le temps saura trop tôt l'éteindre.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

Les amants font les beaux jours du printemps, et les amis les beaux jours de l'automne.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; Journée de l'amour, ou heures de Cythère (1776)

Le malheur, quand il corrige, est le plus grand de tous les biens.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; L'école du monde (1739)

Le torrent des passions à tout âge est intarissable.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; L'école du monde (1739)

Il faut en toutes choses chercher le degré d'excellence, et lorsqu'il s'agit d'aimer, c'est la folie qui en fait la perfection.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La tante supposée (1761)

Par l'art de se bien mettre on peut charmer les yeux, mais un joli visage est bien avantageux.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; L'heureuse ressemblance (1738)

L'amour, en attachant le cœur, il fait taire l'esprit.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; L'heureuse ressemblance (1738)

Tous les hommes sont nés inconséquents ; et l'on ne voit que gens, dans le cours de leur vie, qui vantent la sagesse, et suivent la folie.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; L'heureuse ressemblance (1738)

L'imagination, source de l'agrément, dans ses heureux écarts vous entraîne aisément.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; L'heureuse ressemblance (1738)

L'hymen unit deux êtres sans établir un maître.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La coquette fixée (1746)

L'estime est l'âme de l'amour.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La coquette fixée (1746)

Le désir d'obliger en fournit le moyen.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La coquette fixée (1746)

Coquette qui querelle est sur le point d'aimer.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La coquette fixée (1746)

Dans les cœurs corrompus l'amour n'a jamais lieu, et ce sont les cœurs vrais qui le rendent un dieu.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La coquette fixée (1746)

Une faiblesse fait la honte d'une femme, mais le sentiment fait l'éloge de son âme.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La coquette fixée (1746)

L'amitié demande une entière franchise.
Claude-Henri de Fusée de Voisenon ; La coquette fixée (1746)

Autre rubrique à découvrir :