Bernard Le Bouyer de Fontenelle

Biographie :

Bernard Fontenelle

Écrivain, poète, philosophe et scientifique français né le 11 février 1657 à Rouen dans la Seine-Maritime, Bernard Le Bouyer de Fontenelle est décédé le 9 janvier 1757 à Paris.

Source : Wikipédia.

Les 25 citations de Bernard Fontenelle :

Un grand obstacle au bonheur, c'est de s'attendre à un trop grand bonheur.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

L'amour est le plus abondant et le plus fertile de tous les sentiments.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

II est plus aisé, et même plus commode de haïr que d'aimer à demi ; et les passages les plus difficiles ne sont pas ceux qui se font d'un sentiment à un autre qui lui est tout opposé, mais à un autre qui lui ressemble.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

La conduite d'un amant doit être sérieuse et appliquée, mais la conversation en vaut mieux d'être quelquefois badine. On persuade par l'une, et on plaît par l'autre ; et le plus souvent il vaut mieux plaire que persuader.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

L'art des conversations amoureuses est qu'elles ne soient pas toujours amoureuses. II faut faire de petites sorties, après quoi les retours vers ce qu'on aime sont beaucoup plus agréables.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

De l'homme du monde le plus impérieux, une femme peut faire tout ce qu'il lui plaira, pourvu qu'elle ait beaucoup d'esprit, assez de beauté, et peu d'amour.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

La beauté de l'esprit donne de l'admiration, celle de l'âme donne de l'estime, et celle du corps donne de l'amour. L'estime et l'admiration sont assez tranquilles, il n'y a que l'amour qui soit impétueux.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Les hommes ne goûtent souvent dans le plaisir d'être aimés que celui de triompher de la personne qui les aime.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

La plupart des femmes aiment mieux qu'on médise un peu de leur vertu, que de leur esprit ou de leur beauté.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

La médisance ressemble à ces étincelles qui s'élance d'un grand feu, et qui s'éteignent aussitôt quand on ne souffle pas dessus.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Pour pouvoir être longtemps amis, il faut dans les caractères toute la ressemblance et de plus toute la différence qui peuvent servir à former une grande liaison. On se convient aussi par ne se pas ressembler.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

C'est prolonger la vie des grands hommes que de poursuivre dignement leurs entreprises.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Les plus grandes âmes sont celles qui s'arrangent le mieux dans la situation présente, et qui dépensent le moins en projets pour l'avenir.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Une grande habileté ne suffit pas pour oser se charger dans les affaires publiques d'un évènement considérable ; il faut encore un zèle vif, qui veuille bien courir les risques de l'injustice des hommes, toujours portés à ne donner leur approbation qu'aux succès.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

La plupart de ceux qui ont excellé en quelque genre n'y ont point eu de maître.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Tel est capable d'arriver aux plus hautes connaissances qui n'est pas capable d'y conduire les autres ; et il en coûte quelquefois plus à l'esprit pour redescendre que pour continuer à s'élever.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

II faut ne donner que la moitié de son esprit à la croyance de certaines choses, et en réserver une autre moitié libre où le contraire puisse être admis, s'il en est besoin.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

La vanité à un certain point, c'est vice ; un peu en deçà, c'est vertu.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Le magnifique et le ridicule sont si voisins qu'ils se touchent. Rien n'est plus aisé que de tourner en burlesque les choses les plus sublimes. Tout ressemble à ces ouvrages de perspective, où des figures dispersées çà et là vous forment, par exemple, un Empereur, si vous le regardez d'un certain point ; changés ce point de vue, ces mêmes figures vous représentent un gueux.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

II y a une raison qui nous met au-dessus de tout par les pensées ; il doit y en avoir ensuite une autre qui nous ranime à tout par les actions : mais à ce compte-là même, ne vaut-il pas presque autant n'avoir point penser ?
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

La raison qui nous sait penser mieux que les autres ne laisse pas de nous condamner à agir comme eux.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

La terre ressemble à de grandes tablettes où chacun veut écrire son nom. Quand ces tablettes sont pleines, il faut bien effacer les noms qui y sont déjà écrits, pour y en mettre de nouveaux. Que serait-ce, si tous les monuments des anciens subsistaient ? Les modernes n'auraient pas où placer les leurs.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Tout est hasard dans le monde, pourvu que l'on donne ce nom à un ordre que l'on ne connaît point.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

On ne meurt que le moins qu'il est possible, et tout mort qu'on est, on tâche à tenir encore à la vie par un marbre où l'on est représenté, par des pierres que l'on a élevées les unes sur les autres, par son tombeau même. On se noie, et on s'accroche à tout cela.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Siècles passés, présents et à venir, tout est bien égal ; le spectacle du monde serait bien ennuyeux pour qui le regarderait d'un certain œil, c'est toujours la même chose.
Bernard Fontenelle ; Pensées et réflexions (1757)

Autre rubrique à découvrir :